Thibaut de Champagne

Thibaut IV, comte de Champagne, devenu roi de Navarre en 1234, petit-fils de Marie de Champagne, arrière petit-fils d’Aliénor d’Aquitaine, est le trouvère le plus célébré de son temps, et sera au siècle suivant salué par Dante comme un précurseur (De Vulgari Eloquentia). Il est l’auteur de 71 compositions lyriques variées (dont 37 chansons d’amour) dans lesquelles il fait montre d’une grande virtuosité technique et verbale (il apprécie jeux de mots, pointes, métaphores filées et allégories) ainsi que d’une certaine désinvolture ironique envers la matière courtoise.

La tradition raconte qu’il a été amoureux de la reine Blanche de Castille, mère de saint Louis; en fait il avait comploté contre elle et contre son fils mineur, Louis IX. Il a écrit de beaux chants de croisade, car il a participé à une expédition en 1239, sans grand succès d’ailleurs. C’est Thibaut qui reste le plus pur continuateur de la tradition courtoise, avec une hauteur de ton nettement aristocratique. Dans ses poèmes il se compare à la licorne, qui séduite par l’éclat mystique de la virginité s’endort dans les bras d’une pucelle, en se laissant ainsi facilement capturer. Ou bien il se déclare l’analogue du rossignol qui se meurt de chanter, en retrouvant les accents pathétiques d’un Jaufré Rudel:

Li rossignous chante tant
Que morz chiet de l’arbre jus;
Si bele mort ne vit nus,
Tant douce et si plaisant.
Autresi muir en chantant a hauz criz,
Que je ne puis de ma dame estre oïz
N’ele de moi pitié avoir ne daigne.