Sai Weng Shih Ma

Il était une fois un vieil homme qui vivait à la frontière et dont le cheval favori s’enfuya et disparut. Ses amis étaient triste pour lui mais il haussa les épaules et dit:

Bon, peut-être que cela m’apportera de la chance plus tard.

Quelques jours plus tard, le cheval revint, mais pas seul, il était accompagné d’un autre magnifique cheval. Ses amis, ayant entendu la nouvelle, vinrent le féliciter.

Mais le vieil homme n’était pas heureux de cette bonne fortune et dit:

Oui, j’ai un autre cheval magnifique dans mon étable mais, cela peut être un signe de malchance. Qui sait?

Le fils du vieil homme aimait le nouveau cheval et le montait fréquemment. Un jour, il tomba de cheval et se brisa la jambe. Les amis du vieil homme vinrent le consoler de ce malheur qui frappait son fils.

La jambe de mon fils guérira certainement. L’accident est peut-être une bénédiction.

Peu après, la guerre se déclencha entre les deux états frontaliers et tous les hommes valides furent conscrits; presque tous moururent au front mais le fils du vieil homme, parce qu’il était invalide, fut dispensé de son service militaire.