Li tens nouveaus et la douçours

Li tens nouveaus et la douçours
Ki nous retrait herbes et flors
Me fait estre pensieu d’amors
Et renovelle mes dolors.
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenroit uns autre a grant bien
Vers une dame de haut pris
Avoie mon courage mis ;
Trop legierement le conquis
Autrui fust boin et moi est pis.
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenroit uns autre a grant bienSavés por quoi je m’en deshait ?
Ele estoit molt de riche fait ;
Or croi ke mains bien i ait,
Quant jou si tost i trouvai plait.
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenroit uns autre a grant bienUn grant termine li celai
C’onques jehir ne li osai ;
Et tantost ke jou li proiai,
Tout quanes je quis i trovai.
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenroit uns autre a grant bienMolt li seüsse millor gré
S’un petit m’eüst refusé
Ou tart ou a envis doné
Cou ke jou avoie rové
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenroit uns autre a grant bienOr proi Gontier ke chant en haut
Et si li die ke poi vaut
Chasteaus c’om prent par un assaut ;
K’il se tiene, ou autrui n’en chaut !
Ce dont me plaing sor tote rien
Tenro it uns autre a grant bien
Le temps nouveau et la douceur
Qui nous ramènent herbes et fleurs
M’inclinent aux pensées d’amour
Et renouvellent mes douleurs.
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bien
Vers une dame de haute valeur
J’avais orienté mon cœur ;
Trop aisément je la conquis
Certains aiment, pour moi c’est pire
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bienSavez-vous ce qui me chagrine ?
Elle était pleine de riches attraits ;
Je crois que désormais elle en a moins,
Quand j’y ai si tôt trouvé plaisir.
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bienBien longtemps je lui cachai
Ce que je n’osais lui avouer ;
Mais dès que je l’en eus prié,
Tout ce que je demandai, j’obtins
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bienJe lui en aurai su bien meilleur gré
Si un moment elle s’était refusée
Et plus tard ou à contrecoeur elle ait donné
Ce que j’avais demandé.
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bienAlors je prie Gontier de chanter fort
Et de lui dire que peu ne vaut
Un château qu’on prend en un assaut ;
Qu’il tienne ou bien on le dédaigne !
Ce dont le plus je me plains
Un autre s’en trouverait bien



fabliau par Gontier de Soignies