Le Prudhomme qui sauva son compère

 

Il advint à un pêcheur qui en mer allait un jour, qu’il tendit son filet sur son bateau. Il regarda, et vit droit devant lui un homme tout près de se noyer. Le pêcheur était très brave et fort agile: il se dresse sur ses pieds, saisit un crochet, le brandit et frappe l’hom0me en plein visage de telle sorte qu’il le lui a planté dans l’oeil. Sur le bateau, il l’a tiré à soi. Il s’en retourna sans plus attendre, cessa de tendre ses filets, à sa demeure le fit porter, très bien servir et bien soigner, jusqu’à ce qu’il fût tout à fait rétabli.

Longtemps après, l’autre a réfléchi qu’il avait perdu son oeil et qu’il lui était advenu dommage:
Ce vilain m’a crevé l’oeil et moi je ne lui ai fait tort; je m’en irai porter plainte contre lui contre lui pour lui causer mal et ennui.

Il s’en retourne, va se plaindre au Maire qui fixe le jour de l’audience. Tous deux attendirent le jour auquel ils vinrent devant la Cour.

Celui qui avait perdu son oeil déposa le premier, comme de juste.

Seigneurs, je porte plainte contre ce prud’homme qui, l’autre jour, violemment, me frappa d’un crochet. Il m’a crevé l’oeil, j’en ai dommage. Faites-moi justice, c’est tout ce que je demande.

L’autre répond sans plus attendre:

Seigneurs, je lui ai crevé l’oeil, je ne puis le contester. Mais cela dit, je veux vous montrer comment cela arriva et si j’ai tort. Cet homme était en péril de mort, en la mer où il allait se noyer; je lui portai aide et, je ne puis le nier, d’un crochet qui m’appartenait je le frappai. Mais tout cela, je le fis pour son bien: ainsi, je lui ai sauvé la vie. Je n’ai que faire de parler plus longtemps; pour l’amour de Dieu, faites-moi justice.

Les juges demeuraient perplexes, tous dans l’embarras pour prononcer une sentence équitable, quand un fou qui se trouvait devant la Cour leur dit:

Pourquoi êtes-vous hésitants? Le prud’homme qui parla le premier, qu’il soit remis dans la mer, là où l’autre l’a frappé au visage; s’il peut s’en tirer, l’autre paiera amende pour son oeil; c’est droit jugement, ce me semble.

Alors tous s’écrient ensemble:

Tu as bien parlé; on ne cassera pas ton jugement.

La sentence fut alors prononcée: quand le compère1 entendit qu’il serait remis en la mer où il se trouvait, où il avait souffert du froid et des vagues, il n’y serait rentré pour rien au monde.

Il retira sa plainte contre le prud’homme et fut blâmé par bien des gens.

C’est pourquoi je vous dis, tout bonnement, que c’est perdre son temps que d’obliger un félon. Sauvez de la potence un larron, quand il a accompli un méfait, jamais il ne vous aimera… Jamais méchant ne saura gré. Un méchant, si un prud’homme se montre bon envers lui, oublie tout; cela n’est rien pour lui. Au contraire, il sera volontiers prêt à lui causer mal et ennui, s’il venait à avoir le dessus sur lui.

 

Cist1 vilains m’a mon ueil2 crevé
Et ge ne l’ai de riens grevé3;
Ge m’en irai clamer4 de lui
Por faire lui mal et ennui.
Torne si5 se claime6 au Major7,
Et cil8 lor met terme9 a un jor.
Endui10 attendirent le jor,
Tant que ils vinrent a la Cort,
Cil qui son ueil avait perdu
Conta11 avant, que12 raison fu:
Seignor13, fait-il, ge sui plaintis14
De cest15 preudome16 qui tierz dis17,
Me feri18 d’un croq par ostrage:
L’ueil me creva; s’en ai domaige;
Droit m’en faites; plus19 ne demant;
Ne sai ge que contasse avant20.
Cil lor respont sanz plus atendre:
Seignor, ce21 ne puis ge deffendre22
Que ne li aie crevé l’ueil:
Mais en après mostrer23 vos vueil
Coment ce fu, se23a ge ai tort.
Cist24 hom25 fu en perir de mort
En la mer on devait noier26.
Ge li aidai; nel27 quier28 noier
D’un croq le feri, qui ert29 mien,
Mais tot ce fis ge30 por son bien;
Ilueques31 li32 sauvai la vie.
Avant ne sai que ge vos die33,
Droit me faites, por amor Dé34.
Cil35 s’esturent36 puit esgaré
Ensamble pour jugier le droit
Qant un sot qu’an la Cort avoit
Lor a dit: Qu’alez vos doutant ?
Cil preudon qui conta37 avant
Soit arrières en la mer mis,
La ou cil le feri el38 vis;
Que, se il s’en puet eschaper
Cil li doit son ueil amender39,
C’est droiz jugemenz, ce me samble.




1) Pronom démonstratif, cas sujet singulier;
2) oeil;
3) affligé;
4) Porter plainte contre;
5) Et;
6) Porter plainte;
7) Maire (du latin: major);
8) Celui-ci; Pronom démonstratif, cas sujet masculin.;
9) Fixe une audience, littéralement: une date;
10) Tous les deux;
11) Parla;
12) Ce qui;
13) Cas sujet pluriel;
14) Plaignant;
15) Ce. Pronom démonstratif, cas régime direct singulier;
16) Honnête homme;
17) Le troisième jour (cf. un tiers) l’autre jour;
18) Frappa, de férir: du latin: ferire. Sans coup férir, sans frapper un seul coup;
19) Davantage;
20) Je ne sais ce que je pourrais ajouter;
21) Cela;
22) Nier, contester;
23) Montrer
23a) Si;
24) Pronom démonstratif, cas sujet singulier;
25) Homme: cas sujet singulier, latin: : homo;
26) Noyer;
27) Forme contractée: ne le;
28) Je ne veux pas le nier; de l’espagnol quiero = je veux;
29) Était, latin: : erat;
30) Je fis tout cela;
31) À cette occasion;
32) Lui; pronom personnel cas régime indirect 3e personne masculin;
33) Je ne sais que vous dire; subjonctif présent, 1re personne.;
34) Pour l’amour de Dieu; cas régime employé sans préposition comme complément de nom, lorsque ce complément représente une personne;
35) Ceux-ci; cas sujet pluriel du pronom démonstratif;
36) Restèrent;
37) Parla;
38) Contraction: en el;
39) Verser une amende pour son oeil

 

Partagez :