La legenda daus champanhòus

Enfin tant pieg quò ne molhara pas, e foldria que molhesse pertant per far possar los champanhòus, qu’es la sason daus champanhòus, qu’es bien la sason mas qu’es talament sec…E i’a un brave moment qu’existan los champanhòus, figuratz-vos que quand lo bon Diu fabriquet la Terra, eu comencet per la Terra bien sur, e puei l’aer d’autant, l’aiga, la luna, los lunons, Adam d’abòrd, Eva apres, e puei las bestias, tot lo bestiau pitit o grand, e puei las plantas…Quand ‘quò fuguet ‘ribat au torn daus champanhòus, disset : « vautres, vos n’auratz pas de flors, mas en part ieu vau vos balhar lo poder de possar pus vite que los autres, dins-t’una nuech vos podratz ‘chabar vòstra frotjada… ». E i’a un champanhòu que disset : « Mas, n’am pas de flors, qu’es brave de las flors, som pas si braves que l’autras plantas… », disset lo bon Diu : « Qu’es pas brave quò la jalosia, l’orguelh aime pas quò qu’es un pechat, ah tu voles de las colors, ben vau te’n balhar de las colors ! Solament, per te punir, ta charn sera poison, e quand los òmes te trobaran te fotran un còp de talon sus la testa… », ‘queu champanhòu, lo coneissetz tots, ilhs l’apelan l’amanite, qu’es de la poison, e sus son chapeu i’a de las bravas colors… « Vos, disset, los autres, vos auratz ‘na chara bien bona, catatz-vos bien jos las faugieras, catatz-vos bien dejos las fuelhas, perque los òmes vos chercharan e se vos troban, ieu vos avertisse, qu’es la conserva o ben la pela que vos atenden… », e quò fai que entau, vesetz-vos, los champanhòus possan la nuech, eu lor disset aitot : « Coma vos possatz vite, per pas far de jalosia de l’autras plantas, vos possaratz la nuech, quand quò sira bien brun, quand n’i’aura pas de luna…», qu’es per quò que dempuei los champanhòus possan a vielha luna, quand naut es la luna, quand la luna ne raia pas a plena nuech, e eu lor disset mesme, vos iò remarcaratz : « Si quauqu’uns vos vesan, vos ne possaratz pus ! », e qu’es entau que quò se passa au jorn d’auei, e quò ven de loenh vesetz-vos, bien loenh… Enfin tant pis il ne pleuvra pas, et il faudrait qu’il pleuve pourtant pour faire pousser les champignons, c’est la saison des champignons, c’est bien la saison mais c’est tellement sec…Et ça fait un sacré moment qu’ils existent les champignons, figurez-vous que quand le bon Dieu fabriqua la Terre, il commença par la Terre bien sur, et puis l’air aussi, l’eau, la lune, les étoiles, Adam d’abord, Eve après, et puis les bêtes, tout le bétail petit ou grand, et puis les plantes…Quand fut arrivé le tour des champignons, il dit : « Vous, vous n’aurez pas de fleurs, mais en échange je vais vous donner le pouvoir de pousser plus vite que les autres, en une seule nuit vous pourrez finir votre croissance… ». Et il y a un champignon qui dit : « Mais, nous n’avons pas de fleurs, c’est joli les fleurs, nous ne sommes pas aussi beaux que les autres plantes… », le bon Dieu dit : « C’est pas beau ça la jalousie, l’orgueil je n’aime pas ça, c’est un péché, ah tu veux des couleurs, ben je vais t’en donner des couleurs ! Seulement, pour te punir, ta chair sera poison, et quand les hommes te trouveront ils te foutront un coup de talon sur la tête… », ce champignon, vous le connaissez tous, on l’appelle l’amanite, c’est du poison, et sur son chapeau il y a de belles couleurs… « Vous, dit-il, les autres, vous aurez une bien bonne chair, cachez-vous bien sous les fougères, cachez-vous bien sous les feuilles, parce-que les hommes vous chercheront et s’ils vous trouvent, je vous avertie, c’est la conserve ou bien la poêle qui vous attendent… », et ça fait que ainsi, voyez-vous, les champignons poussent la nuit, il leur dit aussi « Comme vous poussez vite, pour ne pas créer de jalousie chez les autres plantes, vous pousserez la nuit, quand il fera bien sombre, quand il n’y aura pas de luna… », c’est pour cela que depuis les champignons poussent à la vieille lune, quand la lune est haute, quand la lune ne brille pas dans toute la nuit, et il leur dit même,vous le remarquerez : « S’il y en a qui vous voient, vous ne pousserez plus ! », et c’est ainsi que ça se passe aujourd’hui, et cela vient de loin voyez-vous, de très loin…