Gontier de Soignies

Gontier de Soignies est un trouvère dont l’activité littéraire s’est déroulée dans les années 1180 – 1220.

Gontier de Soignies est originaire de Soignies dans le Hainaut, mais sa vie est inconnue. Dans son œuvre, il fait allusion à des voyages en France et dans le comté de Bourgogne, ainsi qu’à la protection du comte palatin Othon Ier de Bourgogne.

Une de ses œuvres est citée dans le Roman de la Rose ou Guillaume de Dole de Jean Renart.

Il est l’auteur de chansons d’amour en français, conservées dans plusieurs manuscrits. On lui en attribue 34, mais 27 seulement sont considérées comme étant de lui. Il pratique le genre de la rotrouenge, poésie lyrique caractérisée par un refrain interne, au milieu ou à la fin de la strophe.

DE SOIGNIES C’est un bon bacheler qui se souvient des bons vers Gautier Soignies et chante deux couplets d’une de ses chansons. Qu’il faille reconnaître sous ce nom altéré Gontier de Soignies c est ce qui n est pas douteux les couplets sont tout à fait dans la manière de ce poète et sont comme tous ceux nous avons de lui munis d un refrain Il est que cette chanson qui manque dans la liste G Raynaud ne nous a été conservée par autre manuscrit mais le premier vers en est par la table du ms BN fr 844 parmi les de Gontier de Soignies Ce poète a été disputé la ville de Soignies en Hainaut par un des bourgs nom de Sogni ou Soigni qui existent en Champagne on serait porté à se ranger à cette dernière opinion soit parce que Gontier parle de la France de sa douce contree et se montre en relation avec Bourgogne soit parce que l auteur de Guillaume Dole est particulièrement familier avec tout ce concerne la Champagne soit enfin parce qu il douteux que dès le XII siècle la poésie lyrique eût pénétré en Hainaut Mais la forme donnée par tous les manuscrits qui nomment Gontier et attestée dans notre poème par la rime ne peut avoir été celle des Soigni champenois qui remontent à un type latin en iacum et il faut laisser Gontier à la ville hainuyère qui paraît il est très fière de lui avoir donné le jour non sans raison car c est un de nos plus gracieux chansonniers Il était sans doute venu s établir en France La mention de Guillaume de Dole permet d établir qu il florissait avant la fin du XIIe siècle.1



Incipit des principales chansons

A la joie des oiseaus
L’an ke li dous chans retentist
Au tens gent que raverdoie
Biau m’est quant voi verdir les chans
Douce amours, ki m’atalente
Doulerousement comence
Merci, amors, ore ai mestier
El mois d’esté que li tens rassoage
Quant oi el bruel
Quant oi tentir et bas et haut
Quant li tens torne a verdure
Se li oisiel baisent lor chans
Li tans noveaus et la douçors
Tant ai mon chant entrelaissié
Chanter m’estuet de recomens

 

 


1 – LE ROMAN DE LA ROSE OU DE GUILLAUME DE DOLE , PUBLIÉ D’APRÈS LE MANUSCRIT DU VATICAN PAR G SERVOIS . PARIS LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT ET Cie RUE JACOB 56
M DCCC XCIII