Expressions qui nous viennent du Moyen Âge

CRACHER DANS LA SOUPE

Nous apprenons ainsi que les forgerons avaient coutume de laisser devant leur boutique un fer à cheval bien chauffé, afin de rire des grimaces du naïf qui essaierait de le voler. Le fils du vilain de l’histoire, Robin, qui est en ville avec son père, ne laisse pas celui-ci tomber au piège, et crache sur le fer à cheval pour vérifier s’il est froid. La salive est aussitôt portée à ébullition. De retour chez lui, le vilain s’apprête à manger un bon morteruel, une sorte de soupe de pain qu’a préparée sa femme. Il crache dans la soupe pour voir si elle est trop chaude, mais rien ne se passe. Il enfourne sur-le-champ une cuillerée monumentale, et est échaudé jusqu’aux entrailles. De là vient l’expression “cracher dans la soupe”, qui indique une prudence exagérée et, comme ici, inutile.

UNE POIRE D’ANGOISSE

L’objet était à l’origine une poire de fer que l’on introduisait dans la bouche d’un prisonnier pour l’empêcher de parler. Mais cette sorte de bâillon, qui maintenait très écartées les mâchoires de la victime, était en fait un véritable instrument de torture et les malheureux étaient donc forcés d’obéir s’ils voulaient être délivrés et ne pas mourir de faim. De nos jours, heureusement, les poires d’angoisse ne sont plus utilisées que sous la forme d’image pour désigner de vives contrariétés.

LA POMME D’ADAM

Adam put résister à la tentation et mordit goulûment dans le fruit de l’Arbre du Bien et du Mal. Un morceau lui en resta en travers du gosier, et l’on peut encore le voir aujourd’hui chez tous ses descendants : c’est la pomme d’Adam, appelée de nos jours saillie du cartilage thyroïde.

POUSSER DES CRIS DE MÉLUSINE

Mélusine, comme toutes les fées, était d’une rare beauté, mais avait été condamnée, à la suite d’une terrible malédiction, à se transformer en serpente tous les samedis. Elle voulut néanmoins vivre la vie et les bonheurs d’une simple mortelle et pour cela offrit sa main à Raimondin, un jeune chevalier du Poitou. A ce mariage, la fée ne posa qu’une condition: jamais son époux ne chercherait à la voir le samedi. Raimondin consentit à tout et le mariage fut célébré. Très vite, Mélusine apporta à son mari une immense prospérité, elle fit construire de superbes châteaux et lui donna dix fils. Tout allait pour le mieux entre les époux, bien qu’après de nombreuses années l’inévitable se fût produit. Poussé par la curiosité, Raimondin avait épié sa femme et surpris son secret. Mais il avait gardé le silence et Mélusine feignait d’ignorer son indiscrétion. Or, un jour, un des fils de Mélusine et de Raimondin, Fromont, voulut devenir moine. Cette décision rendit furieux son frère Geoffroi à la Grande Dent (ainsi nommé car l’une de ses dents était démesurée, le faisant ressembler à un sanglier). Il mit le feu au monastère, faisant ainsi périr Fromont et de très nombreux moines. La douleur de Raimondin n’eut d’égale que sa colère. Quand Mélusine apparut dans la grande salle du donjon, en larmes, devant tous leurs vassaux, il la traita de sale serpente, de qui rien ne pouvait sortir que de mauvais. L’interdit était violé. Dans la consternation générale, la fée reprit aussitôt sa forme surnaturelle et disparut en poussant des cris lamentables. Elle ne revint jamais. Mais à Lusignan, dans le Poitou, on raconte qu’à chaque fois qu’un malheur allait frapper sa famille, Mélusine l’annonçait par ses cris. Des cris de Mélusine sont donc des cris perçants, semblables à ceux que pousse la fée quand elle revient hanter son château.

PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES

Quoique de forme voisine, une lanterne et une vessie sont néanmoins des objets fort différents et les confondre est depuis longtemps considéré comme la pire des méprises. (Les vessies dont il est question ici sont des vessies de porc: gonflées d’air, elles pouvaient servir de ballons ou bien, vides, de sacs étanches.) L’expression est ancienne, puisqu’on la trouve dès le XIIIe siècle. Il s’agissait d’un calembour : en ancien français, vessie et lanterne avaient à peu près le même sens figuré : une lanterne était un conte à dormir debout et une vessie une chose creuse, une bagatelle. La sottise de celui qui prend des vessies pour des lanternes n’est donc pas de confondre deux objets très différents, mais d’accepter une ânerie plutôt qu’une autre !

PROMETTRE MONTS ET MERVEILLES

Faire des promesses mirifiques. Au cours du temps, on a dit aussi promettre la lune, chiens et oiseaux, plus de beurre que de pain… L’origine de cette expression n’est pas anecdotique. Aucun conquérant n’a jamais promis à ses troupes de merveilleux royaumes au-delà des monts. Comme le fit le général carthaginois Hannibal, qui fit espérer à ses soldats, du haut des Alpes, la possession de Rome. On disait, au Moyen Age, de quelqu’un qui promettait monts et merveilles, qu’il promettait les monts et les vaux (c’est-à-dire les vallées). Dans la suite des temps, par un goût pour la répétition, typique de l’ancien français, l’image a été oubliée et les merveilles ont pris la place des vaux, renforçant ainsi le sens du mot mont, au lieu de le compléter comme précédemment. L’ancien français adorait ces couples de mots, de sonorités voisines et de sens proches. Curieusement, beaucoup nous sont parvenus: bel et bien, sain et sauf, sans foi ni loi, sans feu ni lieu, tout feu tout flamme…

PRUD’HOMMES ET PRUDES

De nos jours, le prud’homme est membre d’un tribunal constitué de représentants des salariés et des employeurs et chargé de régler les conflits du travail. Le mot avait jadis une signification bien plus large. Un prud’homme était un homme preux, c’est-à-dire plein de valeur. Mais cette valeur n’était pas seulement militaire. Un ermite pieux, un bourgeois honnête et avisé, un vieux et sage chevalier étaient des prud’hommes. Un chevalier courageux mais écervelé ne méritait pas ce titre. L’équivalent féminin du prud’homme était la prudefemme.



DES QUERELLES BYZANTINES

Ce sont des discussions animées, et aussi inutiles qu’interminables. On raconte en effet que, lorsque Byzance fut assiégée par le sultan Mehmet II le Conquérant, en 1453, les moines et les érudits de la ville débattaient de points théologiques, alors même qu’on se battait sur les remparts. Un de leurs sujets de discussion préférés a d’ailleurs donné naissance à une autre expression. On dit de personnes qui parlent de problèmes inutiles et insolubles qu’elles discutent du sexe des anges.

RENARD

Au début du Moyen Age, le petit animal roux que nous connaissons sous le nom de renard s’appelait encore goupil, du latin vulpes.

Or vers 1170 – 1180, commencèrent à paraître des récits racontant les aventures d’un certain Renart, goupil de son état. Ce Renart était un petit baron, sujet du roi Noble, le lion, et parent du loup Ysengrin. Chétif et menu, il compensait sa faiblesse physique par une ruse quasi démoniaque. Il n’y avait pas d’animal qui n’eût à se plaindre de lui! Le roi lui-même était sa victime, mais son souffre-douleur favori restait le gros et fort Ysengrin.

Une fois, Renart exigea sa peau pour réchauffer le roi malade. Une autre fois, il le fit pêcher dans un étang gelé où le pauvre loup laissa sa queue. Une autre fois encore, il le fit tomber dans un puits. Bref, il le trompait, l’humiliait de toutes les manières. Et Renart, comme nos héros modernes, sortait toujours vivant des situations les plus délicates.

Le succès du Roman de Renart fut immense. Du XVe siècle à la fin du Moyen Age, chacun se délecta des méchants tours du goupil. Les paysans se racontaient ses aventures à la veillée et retrouvaient avec plaisir dans ces récits leur vie quotidienne. Les seigneurs écoutaient les mêmes contes de la bouche des jongleurs qui allaient de château en château. Et les plus savants, les clercs, lisaient eux-mêmes dans les manuscrits les mille et un tours de Renart.

La popularité du personnage fut telle que petit à petit tous les goupils furent appelés Renart (mot que nous écrivons aujourd’hui avec un  » d « ). Comme si, de nos jours, tous les canards devenaient des Donald et les souris des Mickey! C’est peut-être là le plus bel exploit du vilain roux!

REVENONS À NOS MOUTONS

Expression que l’on utilise lorsqu’on souhaite ramener au vif du sujet une conversation qui s’égare. L’expression est empruntée à la Farce de Maître Pathelin, une comédie du XVe siècle qui connut un très grand succès.

ROMPRE UNE LANCE

Dans les tournois médiévaux, les combattants s’affrontaient à la lance, chacun cherchant à désarçonner son adversaire. Celui qui résistait au choc et brisait contre son écu la lance ennemie marquait un point. Rompre une lance (on dit aussi rompre des lances) avec quelqu’un signifie donc lutter contre lui, l’affronter dans une joute (encore un mot du Moyen Age!), de nos jours souvent purement oratoire.

ROMPRE LA PAILLE

Rompre un marché, un accord, se brouiller avec quelqu’un. L’expression est issue du droit féodal et rappelle une coutume très ancienne. Quand un suzerain cédait une terre, ou que quelqu’un vendait un bien quelconque, le vassal ou l’acheteur recevait un fétu de paille en signe de l’accord conclu. La rupture du gage symbolisait celle de l’accord, et le mécontent rompait alors la paille comme il déchire aujourd’hui le contrat.

RONGER SON FREIN

Ronger son mors, comme le fait un cheval impatient que l’on force au repos. L’expression, qui date du XIVe siècle, a sans doute été comprise aussi longtemps que le cheval a joué un rôle important dans la vie quotidienne. Puis, le mot mors ayant supplanté le mot frein dans l’usage courant, on ne perçut plus de l’expression que son sens figuré. Sens qui assimile curieusement l’homme au cheval: ronger son frein, c’est réprimer le dépit que l’on éprouve, contenir avec peine son impatience.

LA ROUE DE LA FORTUNE

Symbole de la destinée humaine, on représentait en effet la Fortune sous les traits d’une déesse actionnant une roue. Tout en haut de la roue, siègent les rois et les puissants du jour. Tout en bas, les mendiants sont précipités dans le vide. Entre, ceux à qui le destin est favorable s’élèvent peu à peu, tandis que de l’autre côté tombent les malchanceux en disgrâce. Cette image figure très souvent dans les enluminures des manuscrits. Beaucoup de chansons médiévales y font allusion. L’expression  » la roue tourne  » fait allusion aux vicissitudes de la vie et aux échecs qui suivent parfois les grands succès. C’est d’ailleurs le nom d’une association destinée à venir en aide aux artistes oubliés du public.

SANS AVEU

Se dit d’un homme sans moralité. Le mot aveu vient du droit féodal, où il désigne la reconnaissance d’une vassalité. Pendant la cérémonie de l’hommage, le vassal prêtait serment de fidélité à son suzerain. Peu après, il déclarait par écrit quels biens et quels fiefs il avait reçus. L’aveu scellait donc l’alliance entre les deux seigneurs. Or, un individu sans aveu n’est reconnu par personne. On peut l’imaginer en dehors de toutes les règles, sociales et morales, capable de tout. A utiliser si l’on veut traiter quelqu’un de crapule en des termes choisis!

SENTIR LE FAGOT

Jadis, les hérétiques ou ceux qu’on soupçonnait de sorcellerie étaient brûlés vifs. Sentir le fagot signifie donc être promis au bûcher pour des actions ou des opinions contraires à la doctrine de l’Église. Aujourd’hui, le parfum du fagot ne flotte plus qu’autour de ceux qui inspirent une certaine méfiance. A moins que cela ne sente vraiment très fort le roussi…

TAILLABLE ET CORVÉABLE À MERCI

Au Moyen Age, la condition des serfs était très dure. Les charges qui pesaient sur eux, quoique variables selon le siècle, la région et le seigneur, étaient le plus souvent lourdes. Parmi elles figuraient la taille, impôt exigé par le seigneur, et les corvées, travaux que les serfs réquisitionnés devaient effectuer gratuitement pour le compte de leur maître. Aujourd’hui, on dit de quelqu’un qu’il est taillable et corvéable à merci si, comme le serf du Moyen Age, il est sans recours bon pour toutes les corvées.

TENIR LE HAUT DU PAVÉ

Occuper une place de choix dans la société. Jadis, il n’y avait pas de trottoirs et les rues étaient légèrement en pente pour que les eaux sales puissent s’écouler au milieu. Les passants qui marchaient près de ce ruisseau risquaient toujours de se salir ou d’être éclaboussés jusqu’aux mollets. C’est pourquoi on laissait par politesse la meilleure place, le long des maisons, aux personnes de qualité. Le privilège n’était pas négligeable car, jusqu’à la fin du XIXe siècle, toute promenade en ville, surtout par temps de pluie, tournait à l’expédition.

TOMBER EN QUENOUILLE

Au Moyen Age, les femmes n’étaient pas exclues de la propriété. Elles pouvaient en particulier hériter de biens, mais elles se contentaient le plus souvent de les transmettre à leur époux sans les gérer elles-mêmes. Le suzerain se réservait même jalousement le droit de marier à son gré les héritières de ses vassaux, quand elles étaient orphelines. Il était donc assez rare qu’une femme puisse rester indépendante et s’occuper elle-même des biens dont elle avait hérité et que l’on disait  » tombés en quenouille « . La quenouille, qui servait à filer, étant l’instrument féminin par excellence. Et comme les femmes passaient pour être de piètres gestionnaires,  » tomber en quenouille  » ne tarda pas à signifier  » tomber à l’abandon, cesser d’être utilisé « .

TRAVAIL DE BÉNÉDICTIN

Cette expression, qui désigne un énorme travail intellectuel, fait référence aux gros ouvrages d’érudition écrits par les moines bénédictins de Saint-Maur au… XIXe siècle. On pense immédiatement aux moines du Moyen Age qui ont pendant des siècles, dans l’endroit des monastères appelé  » scriptorium « , recopié et enluminé tant de manuscrits. Ils étaient eux aussi bénédictins (on les appelait souvent moines noirs, de la couleur de leur robe) et leur travail a permis aux grandes oeuvres de l’Antiquité de parvenir jusqu’à nous.

Travailler au noir

Au Moyen Âge, les associations de métier réglementaient le travail en exigeant qu’il ne soit effectué qu’à la lumière du jour. Or, certains maîtres, pour augmenter le rendement de leurs ouvriers, les faisaient travailler à la chandelle, une fois la nuit tombée, ce qui était interdit par les règles. D’où l’expression « travailler au noir » pour signifier travailler de façon illicite.

Merci à Sylvie Quéré – Chargée de cours – Université du Québec à Montréal

UN VILAIN

A l’origine, habitant une  » villa » (une ferme), le vilain est un paysan, que les nobles et les clercs imaginent aussi laid physiquement que moralement, capable de toutes les  » vilenies « . En langue française, vilain peut donc se traduire en français moderne par  » paysan  » aussi bien que par  » rustre  » ou  » ignoble individu « .

LA PEAU DES COUILLES

Par un beau jour d’automne 1820, le duc Jéhean de Mirnouf de Vauguillain du Val Dampierre, passionné par la chasse mais frustré par le maigre gibier qu’il ramenait de ses pérégrinations forestières, imagina qu’il devait être possible de fabriquer un outil apte à lui faciliter la tâche et rendre plus plaisante sa traque des animaux.

Il convoqua tous les artisans de la contrée pour mettre au concours la concrétisation de cette idée et leur laissa deux mois pour fabriquer le plus inventif et le plus efficace des appareils.

À peine une semaine plus tard, un marchand du nom de Martin Écouille, se présenta au château clamant à qui voulait l’entendre qu’il possédait ce dont le duc rêvait.  Il obtint sans peine une audience auprès du noble seigneur et s’empressa de lui faire la démonstration de sa merveille.  Devant une assemblée dubitative mais curieuse, il sortit de sa poche un minuscule sifflet (un appeau) et le porta à la bouche pour produire un son strident qui aussitôt imposa le silence parmi les personnes présentes. A peine quelques secondes plus tard, des dizaines d’oiseaux de toutes sortes s’étaient approchés et virevoltaient autour de lui, comme attirés et charmés par cette étrange mélodie.

Le duc imagina sans peine le profit qu’il pouvait tirer d’un tel accessoire lors des ses futures chasses. Il s’éclaircit la gorge et ne prononça qu’une seule phrase :
– Combien cela va t’il me coûter ?

Martin Écouille, sûr de lui, répondit qu’il accepterait de se séparer de son objet en échange de la moitié de la fortune de son interlocuteur.

Cette prétentieuse requête fit sourire l’assemblée mais le duc garda tout son sérieux et accepta la transaction. La nouvelle fit grand bruit et se répandit bien vite au delà des confins du duché. Un marchand avait vendu un sifflet pour une somme astronomique au Duc qui en paya le coût sans broncher! Tudieu!! Si les appeaux, maintenant rarement utilisés, ont malgré tout survécu on ne sait plus aujourd’hui quel bénéfice le noble personnage en tira au plan cynégétique, ni même ce que l’astucieux marchand devint ensuite.

En revanche cette anecdote a traversé le temps pour enrichir la langue de Molière puisque depuis la moitié du XIXème siècle la locution suivante est utilisée pour qualifier les objets hors de prix : « Ca coûte l’appeau d’Écouille ».