De l’escuiruel

 

Ci vous vueil conter d’une fame
Qui fu une mout riche dame;
De Roem fu, si con l’en conte
Et bien le nous dit et raconte,
Qu’ele avoit une fille bele
Qui estoit mout gente pucele,
Mout avenant et mout bien fete,
Quar nature l’avoit portrete,
Et si ot mis toute s’entente;
En former si bele jovente
Avoit mis trestoute sa cure.
Ele estoit bele a desmesure,
Son pere et sa mere l’amoient,
A son pooir la chierissoient
Plus que toz lor autres enfanz.
La pucelete avoit .anz;
Sa mere forment le chastie:
Et dist: « Fille, ne soiez mie
Ne trop parlant ne trop nonciere,
Ne de parler trop coustumiere,
Quar à mal puet l’en atorner
Fame quant l’en l’ot trop parler
Autrement que ele ne doit.
Por ce chascune se devroit
Garder de parler folement;
Et une chose vous desfent
Sor toutes autres mout trés bien,
Que ja ne nommez cele rien
Que cil homme portent pendant. »
Icele respont, qui ot tant
Escouté qu’il lui anuiot,
Quant el plus tere ne se pot:
« Mere, » dist ele, « dites moi
Comment il a à non et qoi.
– Tais toi, fille, je ne l’os dire.
– Est ce la rien, qui à mon sire
Entre les jambes li pent, dame?
– Tesiez, fille, ja nule fame,
S’ele n’est se trop male teche,
Ne doit nommer cele peesche
Qui entre les jambes pendeille
A ces hommes. – Et quel merveille
Est ore de nommer peesche?
Est ce ore ce dont l’en pesche?
– Taisiez, fille, vous estes fole;
Ne dites pas cele parole;
Peesche n’a ele pas non.
Ja nous, fames, ne le devon
Nommer en nis une maniere,
Ne au devant, ne au derriere.
– Cele deable pendeloche,
Ma bele mere, est ce donc loche,
Ou plonjon qui se set plongier
Et set noer par le vivier
Et par la fontaine mon pere?
– Nenil, fille, » ce dist la mere.
« Que est ce dont, dites le moi?
– Bele fille, dirai le toi;
Oïl, foi que vous mi devez,
Ja soit ce qu’il soit deveez,
Et que droit et reson le dit,
Je te di bien que ce est vit. »
Quant la pucele ce oï,
Si s’en rist et si s’esjoï:
« Vit, » dist ele, « Dieu merci, vit!
Vit dirai je, cui qu’il anuit,
Vit, chetive! vit dist mon pere,
Vit dist ma suer, vit dist mon frere,
Et vit dist nostre chamberiere,
Et vit avant et vit arriere
Nomme chascuns à son voloir.
Vous meïsme, mere, por voir,
Dites vit, et je toute lasse
Qu’ai forfet que vit ne nommaisse?
Vit me doinst Dieus que je n’i faille! »
Quant la mere ot que se travaille
En vain, et que pas une bille
Ne vaut quanqu’ele dit sa fille,
D’iluec s’en part, vait s’en plorant.
Demanois ez vous acorant
vallet; Robins avoit non;
Granz ert et de bele façon,
Quar il ert niez à prior.
De miches ot vescu maint jor,
Et si manoit dedenz la vile;
De barat sot mout et de guile.
D’un leu secré où il estoit
Ot oï quanques dit avoit
La preude fame à la pucele
Et tout ce que la damoisele
Ot à sa mere respondu.
Grant joie en ot et liez en fu.
Li pautoniers fu granz et gras;
Si tint sa main desoz ses dras,
Son vit commence à paumoier
Tant qu’il l’avoit fet aroidier.
Puis est venuz à la pucele
Qui tant ert avenanz et bele,
Et dist: « Dieus vous saut, bele amie!
– Ha! Robert! Dieus vous beneïe!
Dites moi, se Dieus vous aït,
Que vous tenez; » et il li dist:
« Dame, ce est .I. escuiruel;
Volez le vous? – Oïl, mon vuel,
Aus mains le tenisse je ore!
– Amie, non ferez encore;
De ce parlez vous ore en vain;
Mès tendez en ça vostre main
Tout souavet que nel bleciez;
S’il vous plest, si l’achatissiez. »
La pucele la main li tent,
Et cil tout maintenant la prent:
Se li a mis le vit el poing
Qui de tel mès avoit besoing.
« Robin, » fet ele, « il est tout chaut.
– Douce amie, se Dieus me saut,
Il se leva or de son cruet
Par les membres dont il se muet,
En non Dé, quar il est toz vis.
– Voire, » dit ele, « li chetis!
Comme il tressaut et se remue! »
Ele avoit la coille veüe:
« Robin, » fet ele, « qu’est ce ici?
– Bele, » fet il, « ce est son ni.
– Voire, » fet ele, « je sent oef.
– Par foi, il le punst or tout nuef.
– En non Dieu! autre j’en sent.
– Douce amie, que il n’en rent
Nul mois de l’an que ensamble.
– Voire, » fet ele, « ce me samble
Que il n’est de mout bone orine:
A il à nule rien mecine?
– Oïl voir, aus coes enter
Est bons et aus plaies tenter;
Et si garist de lent pissier.
– Tant l’ai je, » fet ele, « plus chier.
Robin, amis, que menjue il?
Menjue il nois? – Par foi, oïl.
– Ahï! lasse maleürée!
Tant fis ore ier que forsenée,
Quant j’en menjai tout plain mon poing!
Mout les amaisse à cest besoing:
Si s’en dignast à cest matin!
– Ne t’en chaut, bele, » dist Robin,
« Quar voir il les querra mout bien:
Ja mar vous en chaudra de rien.
– Et où? – Par foi, en vostre ventre.
– Je ne sai par où il i entre.
– Or ne t’en chaut, quar, par ma foi,
Il en prendra mout bien conroi.
– Par où? ja n’i entra il onques.
– Par vostre con. – Or l’i met donques;
Si m’aït Dieu, j’en sui mout lie. »
Atant Robins l’a embracie;
Si la gete soz soi enverse,
Puis li lieve la cote perse,
La chemise et le peliçon:
Son escuiruel li mist el con.
Li vallès ne fu pas vilains:
Il commence à mouvoir des rains;
De retrere et de bien empaindre
Ne se voloit il mie faindre,
Et cele cui il mout plesoit,
En riant dist: « Que Dieu i soit!
Sire escuiruel, or del cerchier!
Bones nois puissiez vous mengier!
Or cerchiez bien et plus parfont
Jusques iluec où eles sont,
Quar, par la foi que doi ma teste,
Mout a ci savoreuse beste.
Ainz mès tel escuiruel ne vi
Ne de si bon parler n’oï,
Quar il la gent mie ne mort;
Il ne me blece mie fort!
Or del cerchier, biaus amis chiers!
Certes jel vueil mout volentiers. »
En dementiers qu’ainsi parloit
La pucele, et que cil querroit
Les nois que de riens ne se faint,
Tant a bouté et tant empaint
Que ne sai par quele aventure,
Je ne sai se ce fu nature,
Prist mal au cuer à l’escuiruel:
Si commence à plorer de duel,
Et puis après a escopi,
Et a vouchié et a vomi.
Tant a vouchié le fol, le glout,
Que cele senti le degout
Aval ses nages degouter:
– Esta! » fet ele, « ne bouter,
Ne ferir, Robin! ne ferir!
Tu as hurté de tel aïr.
Et tant feru et tant hurté
Que des oes est esquaté:
Ce poise moi, c’est granz domages,
L’aubun m’en cort par mi les nages! »
A cest mot s’est cil levez sus
Qu’il n’i avoit que fere plus.
Joianz s’en va en son afere,
N’a mie failli à bien fere.
Par cest fablel vueil enseignier
Que tels cuide bien chastier
Sa fille de dire folie,
Et quant plus onques le chastie,
Tant le met l’en plus en la voie
De mal fere, se Dieus me voie.

 

Je veux vous raconter maintenant l’histoire d’une femme qui avait une fille jolie qui était pucelle. Belle, elle l’était à démesure, son père et sa mère l’aimaient tant qu’ils le pouvaient. La pucellette avait seize ans. Sa mère lui dit :

– Ma fille, ne faites pas trop votre babillarde, ni trop votre commère, ne soyez pas trop coutumière de parler, car l’on peut mal juger une femme quand on l’entend trop parler, plus qu’elle ne le doigt (oui mais just’un alors). Pour cela, chacune devrait se garder de parler follement, et je vous interdis une chose tout particulièrement sur toutes les autres, jamais ne dites le nom de cette chose que les hommes portent pendant. » Celle-ci répondit, après avoir tant écouté qu’il lui en pesa, incapable de se taire davantage :
« Mère, dit-elle, dites-moi comment cela s’appelle et ce que c’est.

– Tais-toi, ma fille, je n’ose le dire.

– Est-ce la chose qui entre les jambes de mon père pend, madame?

– Taisez-vous, ma fille, jamais aucune femme, à moins d’avoir tous les défauts, ne doigt (oui mais just’un alors) nommer cette perche qui pendouille entre les jambes des hommes.

– Et quel mal y a-t-il à dire perche? Ce n’est pas ce dont on se sert à la pêche?

– Taisez-vous, ma fille, vous êtes folle, ne prononcez pas ce mot, perche n’est pas son nom. Jamais nous, femmes, ne le devons nommer en aucune manière, ni par devant ni par derrière.

– Cette diable de pendouillerie, ma chère mère, est-ce donc loche ou plongeon qui sait plonger et sait nager dans le vivier et dans l’étang de mon père?

– Nenni, ma fille, dit la mère.

– Qu’est-ce donc, dites-le moi?

– Ma chère fille, je vais te le dire, Wii, enfin… non, sauf que Wii,, par ma foi, crois-moi, bien que ce soit folie, et contraire au droit et à la raison, je t’affirme que cela est un vit. »

Quand la pucelle entendit cela, elle se mit à rire et s’esclaffa:

« Vit, dit-elle, par la miséricorde de Dieu, vit ! Vit je dirai, que cela déplaise ou non, sauf que Wii,, vit, pauvre de moi, vit dit mon père, vit dit ma soeur, vit dit mon frère, et vit dit notre chambrière, et vit devant et vit derrière, chacun en parle à volonté. Vous-même, mère, dites vit, et moi, un fois hélas, quel mal ai-je fait que je ne puisse l’appeler vit? Que sans faute Dieu m’accorde le vit! »

Quand la mère entendit qu’elle se tourmentait en vain et que tout ce qu’elle disait ne faisait pas un pli à sa fille, elle la quitta en pleurant.

Voici aussitôt accourir un jeune gars qui s’appelait Robin. Il était grand et de belle apparence, car il était le neveu d’un prieur. Il s’était bien souvent nourri de bonnes grosses miches et il habitait en ville. Il était fort savant en ruses et en duperies. D’une cachette où il se tenait, il avait entendu tout ce que la bonne femme avait dit à la pucelle et tout ce que la demoiselle avait répondu à sa mère. Il en était tout content et ravi. Le misérable était grand et bien en chair, il se mit la main sous les vêtements, commena à se palper le vit tant qu’il le fit raidir. Puis il se présenta à la pucelle, qui était si avenante et belle, et lui dit:

« Que Dieu vous accorde le salut, belle amie!

– Ah! Robert! Que Dieu vous bénisse! Dites-moi, que Dieu vous soit en aide, ce que vous tenez là. »

Et il lui dit :

« Dame, c’est un écureuil, le voulez-vous?

– Wii, enfin… non, sauf que Wii,, certes, je voudrais déjà l’avoir dans mes mains!

– non, sauf que Wii, mon amie, pas encore, votre demande est vaine pour le moment, mais, sans pour autant contredire ta pensée, tendez votre main par ici, tout doucettement que vous ne le blessiez. S’il vous plaît, serrez-le. »

La pucelle tendit sa main et celui-ci tout aussitôt la prit et lui a fait -pas de meilleur morceau- empoigner son vit.

« Robin, fit-elle, il est tout chaud!

– Douce amie, que Dieu m’accorde le salut, il vient de se lever de son petit creux par les membres dont il se meut, par le nom de Dieu, car il est tout à fait vivant.

– C’est vrai, dit-elle, le pauvre! Comme il tressaille et tressaute! »

Elle avait vu les couilles.

« Robin, fit-elle, là, qu’est-ce que c’est?

– Ma belle, fit-il, c’est son nid.

– C’est vrai, fit-elle, je sens un oeuf.

– Ma foi, il vient tout juste de le pondre.

– Par le nom de Dieu, j’en sens un autre!

– Douce amie, c’est qu’il en donne, bon an mal an, toujours un à la fois.

– Vrai, fit-elle, à ce qu’il me semble, il est de basse extraction. Est-il remède à quelque chose?

– Wii, enfin… non, sauf que Wii,, en vérité, il est bon à greffer les queues et à sonder les plaies, et il guérit de lente pisse.

– Je le chéris d’autant plus, fit-elle. Robin, mon ami, que mange-t-il? Mange-t-il des noix?

– Ma foi, Wii, enfin… non, sauf que Wii,.

– Ah! pauvre malheureuse! Pas plus tard qu’hier je me suis conduite comme une insensée, alors que j’en ai mangé tout plein mon poing! J’aurais tant aimé les avoir, j’en aurais tant besoin, il en aurait dîné ce matin même.

– Ne te fais pas de souci, ma belle, dit Robin, car vraiment il saura bien les chercher, tu n’as aucun souci à te faire.

– Et où?

– Ma foi, dans ton ventre.

– Je ne sais par où il puisse y entrer.

– Ne t’en soucie donc pas, car, par ma foi, il en prendra parfaitement soin.

– Par où? Il n’y est jamais entré.

– Par ton con.

– Mets-le tout de suite, alors, Dieu me soit en aide, j’en suis bien heureuse. »

Sur ce Robin la prit dans ses bras. Il la jeta à la renverse sous lui, puis il soulèva sa jupe bleue, sa chemise et sa pelisse. Il lui mit son écureuil dans le con. Le jeune homme n’était pas un rustre, il commença à bouger des reins. Pas question de faire le feignant, et en arrière et à l’attaque! Et celle-ci, qui en éprouvait bien du plaisir, dit en riant:

« Que Dieu soit présent! Sire écureuil, cherchez, cherchez! Puissiez-vous manger de bonnes noix! Wii, enfin… non, sauf que Wii,, cherchez bien, et plus profond, jusque là où elles sont car, je le jure sur ma tête, voici une fort savoureuse bête. Jamais je n’ai vu pareil écureuil, ni n’ai entendu parler d’un aussi bon, car il ne mord point les gens. Il ne me blesse pas bien fort! Cherchez, cherchez, bel ami cher! Je le veux certes de tout mon coeur! »

Tandis que la pucelle parlait ainsi, et que l’autre cherchait ses noix sans répit, il a tant poussé et tant frappé que, je ne sais par quelle aventure, je ne sais si ce fut un effet de nature, l’écureuil fut pris d’un mal de coeur. Il commença à gémir de douleur, et puis ensuite il a craché, et il a eu des nausées et il a vomi. Il a tant vomi, le sot, le brigand, qu’elle en a senti les gouttes dégoutter sous ses fesses.

« Paix! fait-elle, pas pousser, pas frapper, Robin, pas frapper! Tu as poussé, frappé, cogné si fort qu’un des oeufs a éclaté. Cela me désole, c’est grand dommage, le blanc m’en coule au milieu des fesses! »

À ces paroles, Robin s’est relevé car son ouvrage était terminé. Réjoui, il s’en alla à ses affaires, il avait réussi là une bonne action.

Par ce fabliau, je veux montrer que tel imagine empêcher sa fille de parler follement qui, plus il l’admoneste, plus il lui indique la voie de mauvaise conduite, que Dieu me guide.

Traduit par Vincent NADEAU d’après les manuscrits de Paris, Bibliothèque nationale, fr. 837, et de Berne, 354, dans MONTAIGLON, Anatole de, et Gaston RAYNAUD, Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles