Civilisation zapotèque

Les gens connus sous le nom de Zapotec restent relativement obscurs. Parmi les premiers habitants de la région à utiliser des systèmes agricoles, un système de calendrier et d’écriture, ils ont également construit l’une des premières villes reconnues en Amérique du Nord, Monte Alban. Fondée au cinquième siècle avant JC, la ville abritait un maximum de 25000 habitants et dura plus de 1200 ans. Ville funéraire et religieuse, elles est la plus belle réalisation de cette culture qui, très tôt, mit au point une écriture glyphique et utilisa un système de notation des nombres analogue à celui des mayas (un point pour l’unité, une barre pour cinq unités). C’est ce que montrent les découvertes des archéologues Gary Feinman et Linda Nicholas, réalisées sur le site d’El Palmillo, qui fut un important centre zapotèque de la Vallée d’Oaxaca entre 200 et 900 après J.-C. Située à 1 500 mètres d’altitude, la région zapotèque est formée par trois vallées disposées en étoile – Etla au nord, Zimatlán au sud-ouest et Tlacolula au sud-est – et cernées de grands systèmes montagneux, tels que la Sierra Madre del Sur, au sud, la Sierra de Juárez, au nord, et le Nudo Mixteco, à l’ouest.

Le nom d’origine du peuple zapotèque était Benezaa ou Ben-Zoa ou encore Vinizza, signifiant « peuple des nuages ». Leur appellation actuelle, les Zapotèques aurait été inventée par les Aztèques en langue nahuatl. Elle vient du nom d’un arbre zapote ou sapotier. Selon leurs croyances, leurs ancêtres proviendraient de cet arbre, d’où leur appellation.

Ils étaient d’habiles artisans et ont créé des urnes richement travaillées, statuettes, poteries ou bijoux…

Copyright Emmanuel Perrin 2009

 

À Monte Alban, une classe privilégiée composée de prêtres, de guerriers et d’artistes régnait sur les classes inférieures. Comme beaucoup de civilisations de Méso-Amérique, les Zapotèques ont subjugué les régions environnantes par un mélange de guerre, de diplomatie et d’hommage.



La chute soudaine de leur culture semblait n’avoir aucune raison, et leur plus grande ville a été pour la plupart laissée intacte, bien qu’elle ait finalement été ruinée par des années d’abandon.