Palindrome

Palindrome
Palindrome

Palindrome

 

Le palindrome est un texte qui peut être lu de gauche à droite comme de droite à gauche : Kayak, ressasser, Noyon, Serres, Laval, tout comme Ubu, mais aussi Roma et amor, sont des palindromes de lettres. On peut aussi forger des palindromes de syllabes (le verlan repose souvent sur un palindrome de syllabes), de mots, de phrases.

Vous trouverez ci-dessous, une liste de palindromes trouvés au hasard de mes lectures et de mes explorations sur le web. Certains sont assez bizarres mais enfin…

A Cuba, Anna a bu ça
A la corde, Pedro cala
Alain a vu Vania là
A l’autel elle alla, elle le tua là
A l’ergonome rusé, mesure mon ogre, là
A Laval, elle l’avala
À l’étape, épate la
Ainsi Anaïs nia
A Miami, Lili m’aima
Ami, la tiare serait à Lima
A Noël, Argine dénigra Léona
A noël, au Texas, Ed, désaxé, tua Leona
A révéler mon nom, mon nom relèvera
A Riga, l’acide médical agira
A rire, pépé périra
As, arc émergé né du ressac, artiste tel, Perec, ce replet et si tracassé rude nègre m’écrasa. (Pol Kools)
Avec rafale, la farce va.
Avé Maria, j’ai ramé va. (Pol Kools)
Car, tel Ali, il a le trac.
Ce bel Emir cruel ânona : “Leur crime ? Le bec !” (Pol Kools)
Ce reptile raide, mégot né, tsé-tsé rêvé, label étale, retape nos ananas. Ressac avalé : crac ! Car cela va casser sa nana. Son épate relate le bal. Everest : Est en toge. Média, relit Perec.
C’est sec.
Ce mec.
Ce méga taré ! Même las, Lee, tu as sauté Elsa : le même ratage mec ! (Pol Kools)
Ce repère Perec.
Ce satrape repart à sec.
C’est sec
Codétenue ? Lisa l’a été à l’asile un été, Doc ! (Pol Kools)
Eh ! Ca va la vache ?
Eliot, rusé, traça sa carte sur toile.
Eli, tu es avec ce vase utile
Elu par cette crapule
Emu, ce kayak écume. (Pol Kools)
Engage le jeu que je le gagne.
En Iran : assaut, otage. L’imam omis: élu esseulé. Si mon ami, legato, tu as sa narine.
En nos repères, n’insère personne.
En recrue, la renégate t’a gêné, râleur cerné ! (Pol Kools)
Eric notre valet alla te laver ton ciré
Eros s’essore.
Esope reste ici et se repose
Et apparue la rudesse du râleur appâté… (Pol Kools)
Et ce laid dialecte
Et curé gorgé de grog éructe.
Et rose dure de rude sorte.
Et si… Carel le raciste. (Olivier Hamel)
Et si l’arôme des bottes révèle ma déviante et naïve dame, le verset t’obsède, moraliste !
été
Eté, ta lèvre serpent ne préserve la tête.
Etel, un port trop nu l’été.
étêté
Et la marine va venir à Malte
Et la marine va, papa, venir à Malte
Et Luc colporte trop l’occulte
Et Luc nie ça ! Par ivresse, tu t’es servi, rapace inculte. (Pol Kools)
Etna : lave dévalante
Et se resservir, ivresse reste, servir et se resservir, Ivresse, se resservir, ivresse ! Rester ivres et se resservir, ivresse reste ! (jolie chanson de Stéphane Susana)
Eve, leste, lia l’ail et se lève.
Eve rêve.
ici
Il a sali.
Karine alla en Irak.
Kayak
L’âge légal.
La malade pédala mal.
L’âme des uns jamais n’use de mal. (véritable palindrome du moyen-âge, on écrivait alors le “i” et le “j” de la même manière)
L’âme d’Eve rêve de mal.
L’âme sûre ruse mal
L’ami naturel? Le rut animal!
L’arène gèle le général.
La mariée ira mal
La mère Gide digère mal.
La meute me tue mal.
Le bon Nobel.
Léona, à Laval, te retrouva, a vu Orter et l’avala à Noël.
Léon a l’age légal à noël.
Léon a rasé César à Noël.
Léon a trop par rapport à Noël. (ou Noël avant Léon)
Léon n’osa rêver à son Noël.
Le sac à sel.
Lieu cerné en recueil.
Lumu cumul
Lune de ma dame d’été, été de ma dame de nul.
Malayalam
Nibard, rabin
Nier est effet serein.
Noce : l’adoré roda le con.
Non à ce rêve, sévère canon.
Oh ! Cela te perd ! Répéta l’écho.
Oh ! Cet écho.
Par delà le drap.
Paul à été sauté. Tu as été à l’UAP ?
Radar
Rasé, cède-t-il à ta fatalité de César ?
Ria, le minaret te ranime l’air. (Pol Kools)
Rions noir.
Rotor
Sabas
Salut, tu l’as ?
Sète sonne en nos étés.
Sévère mal à l’âme, rêves.
Sexe vêtu tu te vexes?
Si Ana lime la pudeur, Alain nia la rue du pâle milanais.
Si, le lilas à sali le lis.
Suce ses écus.
Ta belle porte s’use trop, elle bat.
Ta bête te bat.
Ta fesse n’a le désir irisé de l’ânesse, fat !
Tâte l’état.
Tel ignoble, tel bon gilet.
Toi ? Diserte ? Très idiot !
Toi, Roger, épelle Père Goriot.
Trace là mon nom à l’écart.
Trace l’inégal palindrome… ne mord ni la plage ni l’écart. (d’après Perec)
Trêve verte et rêve vert. (Olivier Hamel)
Tu l’as ici, salut.
Tu l’as trop écrasé César, ce port salut.
Un art né ici entra nu
Un bob nu
Un bon snob nu
Un drôle de Lord nu.

Une mémé me livre sa loi velue. Je caracole, vaporise lessivé. Duo féroce. Poilu, je lève le radis nu, ému à spéculer à Noël. L’âge relaxa ta rêverie nécessaire, suture forte. Retenu en Isère, détenu un été de résine, un été rétro, féru, tu sérias sec en Eire : Véra taxa le régal. Léon a relu ce psaume. Un sida relève le Julio, pécore fou, dévisse le sirop à vélo car à ce jeu, le viol a servi le même menu.

Un émir fada, venu du Nevada, frime nu.
Un émir frime nu.
Une valse slave nu.
Un port trop nu
Un rêve de ver nu.
Un roc cornu.
Un roc lamina l’animal cornu.
Un roc si biscornu.
Zeus a été à Suez.
ROMA AMOR
IN GYRUM IMUS NOCTES ET CONSUMIMUR IGNI
ROMA TIBI SUBITO MOTIBUS IBIT AMOR (Quintilien).
Sator arepo tenet opera rotas

 

Merci à Pol Kools polkools  @  yahoo.fr

Il a contribué à ma liste en ajoutant ces palindromes qui sauront, sans aucun doute, vous réjouir:

* Ce bel Émir cruel, amusé, résuma leur crime : le bec
* « Eh, cale là ton kayak » nota le lâche
* Eh cata … Sa portée, Luc l’a calculée, trop à sa tâche
* Elle t’a révéré. Rêvera-t-elle ?
* Eh, ce Verlaine, génial revêche.
* Enfin acéré, poli, il a étêté Ali. Il opère, Canif-né.
* Eve négative évita Genève
* Il a martelé le tram, Ali ?
* La télé gagna la rue, mura la rumeur à langage létal.
* Luc, notre long rot tracé va avec art torgnoler ton cul.
* Master en rut, Anita, élue servile, se livre seule à Tina Turner et Sam.
* Né maso du désir, Ben émascule. Luc s’amène brisé du dos, amen …
* Ria, le minaret te ranime l’air.
* Rue Tati galère l’agitateur.
* Ségolène, avide diva en éloges
* Sucé, son sale hareng râpé épargnera hélas nos écus.
* Tite, père poète, a été opéré, petit.

 

Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !