Égypte, contes et légendes

Égypte, contes et légendes

La destruction de l’humanité.

Égypte: Râ ou Rê, Dieu solaire

Égypte: Râ ou Rê, Dieu solaire

Avant les temps historiques, le Seigneur Rê, le dieu grand qui s’était créé lui-même, régnait sur les hommes comme sur les dieux. Lorsqu’il eut vieilli, ses os étaient comme de l’argent, sa chair comme de l’or, ses cheveux de véritables lazurites. Les hommes se mirent à comploter contre lui et il eut vent de cette intrigue. Il convoqua les dieux de son empyrée, y compris Noun, dieu de ce Gouffre des eaux dont il était sorti. Il leur recommanda de se réunir en secret pour ne pas donner l’éveil aux hommes. Lorsqu’ils furent tous rangés en bon ordre devant le dieu Rê, ils le prièrent de leur dire ce qu’il attendait d’eux. Il dit alors à Noun:

O toi, notre aîné dont je suis issu, et vous dieux des premiers âges, sachez que les hommes complotent contre moi. Que faire ? Je ne veux pas les détruire avant de vous avoir consultés.

Rê, mon fils, dit Noun, toi qui es plus grand que moi et plus ancien que celui qui te créa, ton trône n’est pas menacé. Grande est la terreur qui règne lorsque ton œil, le Soleil, sévit contre tes ennemis.

Ils ont fui dans le désert, dit Rê, tant ils redoutaient le son de ma voix.

D’un commun accord, la divine assemblée déclara:

Envoi ton œil se saisir de ceux qui complotent contre toi, il n’est pas de meilleure arme contre eux.

Et sur le conseil des dieux il donna à son œil la forme de la déesse Hathor.

Égypte: dieu Hathor

Égypte: dieu Hathor

Il est curieux de voir Hathor jouer ce rôle redoutable, car elle est généralement considérée comme une déesse douce et bienveillante. Mais il est clair qu’elle ne l’était pas toujours, et c’est avec une joie inattendue qu’elle accueillit l’ordre de Rê, toute heureuse de se faire l’instrument de sa colère, de poursuivre avec furie les hommes qui s’étaient réfugiés dans le désert et d’en massacrer un bon nombre. Rê la félicita de son succès, qui lui valut par la suite le nom de Sekhmet, c’est-à-dire la Puissante. Malheureusement elle exultait immodérément d’aoir versé tout ce sang, et Rê commença à craindre qu’elle n’outrepassât ses ordres. Car ce n’était pas un dieu implacable qui voulait la destruction totale de l’humanité.

Il manda ses plus rapides messagers et leur enjoignit de courir jusqu’à Eléphantine et d’en ramener un chargement d’ocre rouge vif qu’on y trouve. Cela fait, Rê ordonna au grand prêtre de Memphis de venir moudre cet ocre, qui fut ensuite dilué dans une vaste quantité de bière, brassée par des servantes pour la circonstance. Le mélange ressemblait à du sang humain. Rê et les autres dieux assistèrent à la préparation de ce liquide, dont sept mille cruches furent remplies.

Le lendemain, à l’aube, tandis que Hathor s’apprêtait à retourner au carnage, Rê déclara la bière excellente et ordonna de la transporter à l’endroit choisi par Hathor pour un nouveau massacre.

Je protégerai les hommes contre elle.

Sur ses instructions, les sept mille cruches de bière furent déversées sur le sol par les serviteurs du dieu, et les champs en furent recouverts sur une hauteur de trois palmes.

Bientôt apparut Hathor, assoiffée de sang, prête à reprendre le combat contre les hommes. Elle vit les champs innondés de la bière écarlate, et trouva merveilleux l’éclat vermeil de son visage qui s’y reflétait. Trompée par ce stratagème, elle crut que c’était réellement du sang. Elle en but avidement et s’en délecta.

Mais la bière fit bientôt son effet. Complètement ivre, Hathor était incapable de reconnaître les hommes et, par conséquent, de les massacrer. C’est ainsi que fut déjoué son dessein néfaste d’exterminer toute l’humanité et qu’elle fut réduite à l’impuissance.

Lorsqu’elle sortit de son état de torpeur et d’ivresse, sa furie sanglante s’était évanouie, et Rê l’accueillit comme étant son œil, le Soleil. Il prescrivit une nouvelle coutume, celle de préparer pour la déesse des boissons enivrantes à l’occasion de toutes les fêtes de l’année, leur fabrication étant confiée à des servantes.

C’est ainsi que chaque année, dès lors, le festival de la déesse Hathor fut célébré par des libations, en vue desquelles tous les hommes chargeaient leurs servantes de préparer des breuvages alcooliques. Hathor devint ainsi la déesse du vin.

Malheureusement, Rê ne fut pas entièrement satisfait par ce dénouement. Il dut s’avouer qu’il gardait rancune aux hommes. Il regrettait cette faiblesse, mais il ne pouvait rien contre elle. Les dieux s’efforçaient de le rassurer en lui rappelant sa toute-puissance, mais sans réussir à le convaincre.

Il s’en plaignit à Noun, le Gouffre des eaux:

Mon corps est aussi faible qu’à l’origine; je crois que je ne retrouverai ma puissance que lorsque le cycle de mon existence aura accompli la révolution nécessaire.

Noun pria alors sa fille Nout de se changer en vache et de porter Rê sur son dos. Ce qu’elle fit, pour satisfaire aux désirs de son père. Lorsque les hommes virent ce phénomène, ils en furent stupéfaits, et certains d’entre eux manifestèrent leur intention de se venger de leurs semblables, qui avaient provoqué le courroux de Rê et son départ de la terre. Ce départ avait plongé le monde dans les ténèbres, mais dès que revint le jour, ces hommes s’armèrent d’arcs et de flèches contre les ennemis de Rê. Dès que le dieu vit ce qui arrivait, il déclara que les hommes avaient commencé à s’entre-tuer, et ils n’ont cessé de le faire depuis lors.

Cependant, de la position élevée qu’il occupait sur Nout, qui était le ciel, Rê se mit à créer les corps célestes, tout en jouissant d’un excellent observatoire pour surveiller les hommes. Tout allait à souhait lorsque Nout fut prise de vertige. Alors Rê donna naissance à des divinités spéciales dont le rôle était de soutenir Nour, le ciel, tandis que Shou, dieu de l’air, avait ordre de se placer au desous de Nout pour assurer la protection des divinités. Le dieu Geb était chargé de veiller sur la terre.

Tout n’était pas réglé, cependant, parce qu’en abandonnant les hommes, Rê les avait privés de la lumière de son œil, le Soleil. Il fallait lui trouver un remplaçant.

Rê manda le dieu Thot et lui tint ce langage:

Je suis maintenant installé au ciel, et ma tâche est d’apporter la lumière aux régions infernales. Tu seras mon assistant sur la terre, tu surveilleras les hommes que nous avons créés et ceux qui se sont révoltés contre nous. Agissant comme mon délégué, tu règleras les difficultés qui pourraient survenir.

Et Thot fut doté pour la circonstance d’une tête d’ibis. Mais Rê voulait aussi qu’il fournit de la lumière à la terre, et à cet effet fut créée la lune de Thot. Il fut transformé pour ce rôle en cynocéphale, et Rê déclara:

Tu seras mon représentant, et lorsque les hommes te verront, leurs yeux perceront l’obscurité et ils t’en rendront grâce.

C’est ainsi qu’en créant la lune, Rê put compenser son abandon de la terre. Et ainsi furent expliqués la nuit et le jour, et la création du firmament. Aux yeux des anciens Égyptiens, le dieu était Nout, dont le corps formait voûte sur le monde, qu’elle fût représentée sous l’aspect d’une vache ou d’une femme. De jour Rê était le soleil, et lorsqu’il disparaissait la nuit c’était pour passer au royaume des morts. Sa place était alors prise par Thot, la lune.

Égypte: Thot (temple de Ramsès)

Égypte: Thot (temple de Ramsès)


Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestrssyoutubeFacebooktwittergoogle_pluspinterestrssyoutube

Pages: 1 2

Laisser un commentaire