Miss Peregrine et les enfants particuliers

∗∗∗∗

Synopsis

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

Je dois avouer que j’ai un faible pour les oeuvres de Tim Burton. Ce film traite de façon légère (moins sérieux et dramatique que Xmen), de ces gens qui sont « mutants » . Ici les mutations sont un peu comique: femme légère qui doit porter des souliers de plomb, un garçon invisible, une fillette à la force herculéenne, etc. Et que dire des méchants: des hommes aux yeux blancs qui mangent les yeux de ces enfants particuliers pour retrouver une certaine humanité ( !! ) et les Faucheurs qui ont cette forme longiligne qu’on retrouve souvent dans les oeuvres de Burton. On reconnait sa touche dès le début du film.

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Miss Peregrine et les enfants particuliers

Les images à l’extérieur sont superbes et le manoir est vraiment bien choisi. L’équipe de tournage avait choisi un château en Belgique près de Brasschaet : Torenhof, un château de fin du 19ème siècle dans le style éclectique.

Torenhof
Torenhof

Étrangement, l’écrivain et réalisateur américain Ransom Riggs avait repris une photo du château Nottebohm dans son livre « Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children ». Riggs a fondé sa description de l’orphelinat de Miss Peregrine en partie sur la villa abandonnée de Nottebohm à Brecht, près de Brasschaat.

chateau-belge-dr
Villa Nottebohm à Brecht, près de Brasschaat.

 

Malgré la longueur du film (2 heures), on ne s’ennuie pas avec toutes les scènes d’action qui parsèment le film. Les maquillages sont superbes et les effets spéciaux ne sont pas superflus et bien faits. On y retrouve une histoire d’amour d’adolescent entre le personnage central et la fille légère. L’histoire se tient bien et les personnages sont (jusqu’à un certain point) crédibles. On se retrouve toutefois en terrain connu car le film ou du moins son déroulement reprend celui de quelques épisodes de Xmen surtout celui où les enfants sont pourchassés dans « l’école » des Xmen saut que cette fois, les pourchasseurs ne sont pas du gouvernement.



Le film est inspiré du livre:

peregrinebook

« Avant même de lire le livre à proprement parler, j’étais fasciné par ses images, expliquait récemment Tim Burton à Collider. Parce que je suis moi-même collectionneur de photos. Bon pas autant que Ransom, mais ça m’intéresse. Il s’en dégage un mystère, de l’inquiétude, de la poésie… Elles racontent une histoire tout en gardant en même temps des secrets. Le fait de concocter une intrigue basée sur des photos était une idée brillante, j’ai beaucoup aimé ça. Donc avant même de l’avoir lu, j’étais conquis. »

 

Bande annonce sur mon Youtube