Les jardins suspendus de Sémiramis à Babylone

Les jardins se trouvaient sur la rive de l’Euphrate, dans la ville de Babylone à 50 km au sud de Baghdad, en Irak.

Selon la tradition, le roi Nabuchodonosor II (604-562 avant J-C) avait fait construire pour sa femme Sémiramis, les célèbres jardins suspendus de Babylone en souvenir de la végétation des montagnes de son pays: la Médie (Iran actuel).

On pouvait apercevoir ces jardins de loin, car ils dominaient la ville d’une bonne vingtaine de mètres.

En fait, ces jardins sont peut-être le fruit de l’imagination des Grecs, car on n’a retrouvé aucun texte babylonien les citant. Des descriptions détaillées des jardins proviennent de sources antiques grecques, y compris les écrits de Strabon et Philon de Byzance. Voici quelques extraits de leurs écrits:

Le jardin est quadrangulaire, et chaque côté est quatre plèthres longtemps. Il se compose de voûtes qui sont situés sur des bases cubiques carreaux .. L’ascension de la terrasse-toits supérieures est faite par un escalier …

Les jardins suspendus ont des plantes cultivées au-dessus du niveau du sol, et les racines des arbres sont noyés dans une terrasse supérieure plutôt que sur la terre. La masse entière est prise en charge sur des colonnes de pierre … Des fleuves d’eau émergeant de sources élevées qui coule dans la pente des canaux … Ces eaux irriguent tout le jardin saturer les racines des plantes et de garder toute la zone humide. d’où l’herbe est verte en permanence et les feuilles des arbres poussent fermement attachés aux branches souples … C’est une œuvre d’art d’un luxe royal et sa caractéristique la plus frappante est que ce travail est suspendue au-dessus des têtes des spectateurs.



Actuellement on a retrouvé les fondations de Babylone; l’enceinte faisait 93 km, 48 mètres de haut et il y avait de nombreuses tours tout le long de l’enceinte. Les chambres du palais donnaient sur les toits où se trouvaient en terrasse les jardins.

Site archéologique des jardins ? Source ?
Site archéologique des jardins ?
Source ?

Ils avaient la forme d’un carré de cent vingt mètres de côté. De nombreuses colonnes, dont certaines atteignaient vingt cinq mètres de haut, soutenaient de lourdes dalles de pierre. Ces dalles constituaient donc des plates-formes que l’on recouvrait de roseaux et d’asphalte, puis d’une double rangée de briques, elles-mêmes tapissées de plaques de plomb. On obtenait ainsi une étanchéité parfaite: il ne restait plus qu’à ajouter de la terre en quantité suffisante pour voir se développer les essences d’arbres et d’arbustes les plus diverses.

Illustration des jardins Source ?
Illustration des jardins
Source ?

Sur la première terrasse qui s’élevait à une hauteur de huit mètres environ, on planta les grands arbres: platanes, palmiers dattiers, pins et cèdres.

Illustration des jardins Source ?
Illustration des jardins
Source ?

Sur la deuxième terrasse, à cinq mètres plus haut, on plaçait les genévriers, les cyprès et quantité d’arbres fruitiers.

Encore plus haut, sur les deux dernières terrasses, moins vastes, fleurissaient les anémones et les tulipes, les lis et les iris…sans oublier les roses si chères à la belle Sémiramis.

L’arrosage était assuré par un système de vis hélicoïdale et de chaîne sans fin munie de godets. La machine, dissimulée dans une colonne pour ne pas nuire à l’esthétique de l’ensemble, était actionnée par des esclaves qui tiraient l’eau du fleuve.

Plus de détails

Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !