Le gaucher

Le gaucher - affiche
Le gaucher – affiche

∗∗∗∗

Le gaucher

Synopsis:

Billy Hope (Gyllenhaal) est un boxeur et champion incontesté de la catégorie mi-lourd. Sa technique peu orthodoxe, appelée à propos « Le gaucher » consiste en un combat offensif brutal et peu élégant. Billy possède tout: une famille magnifique, un foyer et une sécurité financière. Il est au sommet, tant dans le ring qu’à l’extérieur, jusqu’au jour où un tragique accident le laisse veuf. Il tombe alors dans une spirale infernale. Ses jours sont noyés dans l’alcool et les médicaments, sa fille prise en charge par la DPJ et sa maison saisie par la banque. L’avenir de Billy semble scellé jusqu’à ce qu’un ex-boxeur du nom de Tick le prenne sous son aile. L’implacable Tick reconstruira Billy afin qu’il devienne un nouvel homme: un combattant agile et féroce dans le ring, mais également un père discipliné et aimant. Billy devra faire face à ses démons afin de rebâtir sa carrière et d’obtenir la garde de sa fille. Parfois, notre pire ennemi n’est autre que nous-même.

 

Normalement, je ne suis pas un fan des films de sports (hockey, baseball, lutte, boxe, etc.) car souvent, il n’y a pas vraiment d’histoire. Je viens de trouver une exception avec Le gaucher, je croyais retrouver un remake d’un Rocky mais, malgré quelques ressemblances, celui-ci a une histoire qui se tient. Oui, c’est un champion déchu; oui, il se retrouve à recommencer à zéro dans un job de merde dans un club de boxe où il devient le concierge (Rocky ???) mais ici, il y a un but: retrouver sa fille dont il a perdu la garde après le meurtre de sa femme.

On découvre, sans surprise de ma part, la cupidité des managers qui se foutent totalement des boxeurs pour qui ils négocient de juteux contrats (un bon pourcentage). Aussitôt fini, aussitôt abandonné; l’acteur qui tient le rôle du manager est bien dans sa peau. Dans ce film, on voit le boxeur déchu vivre sa déchéance et son parcours pour se sortir de la dèche dans laquelle il est tombé mais aussi les motivations qui sont plus familiales que monétaires. Un seul regret, c’est qu’à la fin du combat final, Hope (la vedette) ne fout pas une raclée à ce merdique manager qui s’est associé avec son pire adversaire.

Les acteurs, surtout le principal, sont bien dans leurs rôles et donnent une certaine vraisemblance à l’histoire même la travailleuse sociale à la fin est  « naturelle » et le personnage central a vraiment l’air d’être un être complètement défait et qui se cherche.

Je vous le conseille même si vous n’aimez pas les films de sport violents. Perso, je suis resté sur le bout de mon siège pendant le combat final.

 

 

Voir la bande annonce sur ma chaine Youtube

 



Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !