Histoire du scrapbooking (collimage)

Album vintage
Album vintage

D’origine anglaise, le scrapbooking est certainement pratiqué aujourd’hui par des millions de personnes. C’est un art qui fait appel à l’harmonie des couleurs et des matières telles que des embellissements, étiquettes (tags) et objets divers. Mais qu’elle est l’histoire du scrapbooking?

Le mot scrap apparaît au XIXe siècle. Il désigne alors des coupures de journaux et des morceaux de papiers colorés utilisés pour décorer et personnaliser des albums. À cette époque, le scrap-booking n’est pas uniquement une technique pour mettre en scène des photos, elle sert aussi à conserver des articles, des poèmes, des cartes religieuses, des programmes de concert,… et même de recueils de petites histoires et illustrations. Le tout premier cahier de scrap-booking proviendrait d’Allemagne et daterait de la fin du XVIIe siècle.

  • En 1825, la première revue consacrée au scrapbooking est publiée en Grande-Bretagne, The scrapbooking présentait des méthodes pour réaliser un scrapbook.
  • En 1826, un livre intitulé Manuscript Gleanings and Literary Scrap Book est publié par John Poole. C’est un volume de poèmes et gravures, avec une introduction d’une page sur le concept d’une revue pour y collecter et organiser des scraps (débris).
  • En 1832, Henry Fisher publie le livre Fisher’s Drawing Room Scrap Book (voir aussi http://library.sc.edu/digital/collections/fishersabout.html), un encouragement supplémentaire, visuel et exemplaire, pour le collectionneur de scraps. Fisher rend aussi disponible une série imprimée de feuilles décoratives pour recevoir les scraps et en faire un volume personnalisé.
Louis Jacques Daguerre
Louis Jacques Daguerre
George Eastman
George Eastman
  • En 1839, la photographie apparaît avec l’invention du daguerréotype (procédé photographique sur une surface en argent polie comme un miroir) rendu publique par le peintre et photographe français Louis Jacques Daguerre. En 1888, l’américain George Eastman invente l’appareil photo Kodak. Ces inventions modifièrent par le fait même les techniques de scrapbooking en cours à ces époques; ce fut l’âge d’or du scrapbooking.
  • En 1854, le terme scrapbook est officialisé et défini dans le dictionnaire anglais Oxford.
Godefroy Engelmann
Godefroy Engelmann

À l’époque victorienne, le découpage est très en vogue et à partir de 1820, les images en noir et blanc sont estampées sur l’envers du papier, produisant un léger relief. Au cours de cette même époque, les techniques d’imprimerie en couleur et d’estampage s’industrialisent et permettent la production massive de vignettes, publicités et autres images qui seront abondamment utilisées dans les albums.

Vignettes victoriennes Hansel et Gretel
Vignettes victoriennes Hansel et Gretel

Après des années d’impression en noir et blanc, on voit apparaître la chromolithographie, terme choisi par le lithographe français Godefroy Engelmann pour désigner son procédé d’impression lithographique en couleurs fondé sur la quadrichromie (emploi des trois couleurs primaires, le bleu, le jaune et le rouge, auxquelles on ajoute le noir, pour obtenir toutes les teintes et les nuances possibles).

Les fabricants de vignettes et images adoptent rapidement cette nouvelle technique. La production est renforcée en 1860 lorsque, pour la première fois, le fabricant Hagelberg-Berlin imprime, gaufre et perce la première feuille de vignettes prédécoupées, reliées entre elles par de minces bandes de papier blanc. Dans les années 1880 et 1890, ces feuilles atteignent leur apogée de popularité et leur perfection technique. Jusqu’au début des années 1900, le fief de l’impression de ces feuilles est à Berlin, en Allemagne, bien qu’il s’en imprime aussi dans d’autres pays.

  • En 1914, c’est la première guerre mondiale et l’engouement pour le scrapbooking s’épuise naturellement.
  • En 1940, en raison de la production massive d’albums photos, le scrapbooking reprend de la popularité.
  • En 1976, la généalogie devient un vrai phénomène de société aux États-Unis après la publication du livre d’Alex Haley, Roots (Racines). S’en suit un regain d’intérêt pour le scrapbooking puisque les américains l’utilise pour présenter leurs recherches dans des albums.

Le point tournant dans l’histoire du scrapbooking fut en 1980, lorsque Marielen Christensen est invitée à partager ses 50 albums de souvenirs de famille avec le grand public, et à expliquer le concept, lors de la Conférence mondiale des records à Salt Lake City, aux États-Unis. Elle a par la suite été invitée à donner plusieurs séminaires un peu partout aux États-Unis.

Au cours des années 1990, avec l’explosion des publications pour des idées de scrapbooking, ce loisir prend rapidement de l’expansion aux États-Unis. Finalement, au cours des années 2000, le scrapbooking s’exporte dans différents pays francophones, grâce à la traduction d’ouvrages, de magazines et de sites Web. L’Office québécois de la langue française a traduit le mot scrapbooking par collimage et  a produit la brochure Vocabulaire du collimage et du loisir créatif. Aujourd’hui les techniques de scrapbooking nombreuses et les matériaux très variés permettent d’en faire un art très créatif.

Et les vignettes victoriennes…

1890's Scrapbook victorien
1890’s Scrapbook victorien

Malheureusement, l’âge de la chromolithographie fut de courte durée. Au début du XXe siècle, la chromolithographie a été remplacée par d’autres techniques d’impression moins coûteuses… et de qualité moindre. Après la première guerre mondiale, la demande de vignettes imprimées a diminué de façon constante, et les films et la radio ont remplacé le scrapbooking,… les valeurs et les goûts ont commencé à changer. Les vignettes victoriennes ont cédé la place à des articles, images de mode féminine, et publicités découpés dans les magazines.

Aujourd’hui, le scrapbooking est un passe-temps à nouveau en plein essor, et des reproductions d’anciennes vignettes victoriennes sont vendues en ligne et dans les magasins d’artisanat. Étonnamment, de nombreux albums antiques ont survécus aux guerres et aux années de négligence, et peuvent encore être parfois trouvés dans les greniers des vieilles maisons.

Il n’est plus possible de produire des vignettes victoriennes comme autrefois, car le coût de l’impression de 20 couleurs distinctes, de gaufrage et de découpage complexes serait prohibitif. Les originales, qui restent remarquablement dynamiques et belles après plus d’une centaine d’années, sont conservées dans des musées et par des amateurs de l’époque victorienne et d’éphéméras.

Finalement…

Si au départ cet art était entièrement manuel et lié à des techniques de collage et de découpage très minutieux, le scrapbooking numérique permet aujourd’hui de travailler directement les images et textures pour un rendu imprimé optimal. Le mariage des techniques numérique et traditionnelle donne aussi un rendu impressionnant.

Pour en savoir plus… History of Scrapbooking



Sylvie

J’ai travaillé plusieurs années comme analyste d’affaires et architecte de systèmes dans le domaine des technologies de l’information. J’ai toujours été attirée par les belles choses anciennes qui rappellent la douceur et le calme du temps passé où l’on prenait le temps de vivre et de s’émerveiller…