Héritage numérique

À notre décès, notre présence physique sur terre n’est plus, nos biens matériels sont distribués selon nos dernières volontés, mais qu’advient-il de notre présence virtuelle et nos biens numériques? C’est maintenant devenu une préoccupation propre au XXIe siècle.

Héritage numérique
Héritage numérique

On passe maintenant beaucoup de temps à l’ordinateur pour effectuer des achats, collecter des documents, discuter sur les réseaux sociaux, etc. L’accès à des sites requiert aussi une gestion de mots de passe et autres caractéristiques de sécurité (ex. : questions). Mais qu’advient-il de tout cela après notre mort? La plupart des gens n’y pense pas.

Qu’arrive-t-il des preuves d’achat et des contrats de licence que l’on reçoit maintenant par messagerie à la suite d’achats effectués en ligne? Des livres numériques achetés sur Amazon? Des comptes sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Google+, Pinterest, …? Peut-on s’imaginer consulter le profil d’une personne décédée qui continue à vivre sur Internet? Actuellement, aucune législation n’est prévue pour la gestion du patrimoine numérique suite à un décès; tout doit-être traité à la pièce en considérant aussi les conditions d’utilisation de chaque site impliqué dans ce patrimoine.

Prenons le cas des livres numériques achetés sur Amazon (Kindle), ceux-ci ne peuvent être transférés sur un autre compte et sont uniquement liés au compte de la personne qui les a achetés (Le Devoir – Donner ses livres numériques en héritage: un problème pour Amazon). Dans le cas de Yahoo, le compte et son contenu sont supprimés sur présentation de l’acte de décès (Yahoo – Information générale – clause 10: Absence de transfert et non-cessibilité). En 2013, Google a créé un Gestionnaire de compte inactif qui permet, selon un délai d’expiration, de décider ce qui adviendra de nos comptes de courriels, vidéos, photos, fichiers enregistrés ou autres après notre mort.

Testaments et cimetières numériques…

Plusieurs sites ont déjà fait leur apparition pour prendre en compte cette préoccupation d’héritage numérique. Ils permettent notamment d’y écrire notre biographie ou des souvenirs, déposer des fichiers (vidéos, albums), léguer notre identité numérique (ex.: profil Facebook) et nos mots de passe. Certains proposent même des espaces de recueillement pour rendre hommage à nos proches disparus. Le Jardin du Souvenir est un cimetière numérique qui permet de se recueillir sur la tombe d’un parent ou d’un ami disparu et où on peut même offrir un cadeau!

Inventorier et organiser nos biens numériques…

Jacynthe Touchette, dans le cadre d’un cours de maîtrise en sciences de l’information à l’Université de Montréal, a rédigé le document Le patrimoine numérique, le Web et la mort (voir aussi Pensez à l’héritage numérique) qui permet de se préparer à léguer notre patrimoine numérique (classification, organisation) et, surtout, d’en prévoir ultérieurement son accès (formats ouverts facilement accessibles, mots de passe). Elle souligne aussi l’importance d’une réflexion sur ce que nous voulons que nos proches voient de notre patrimoine.


Autres articles: Actualité




Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !

Sylvie

J'ai travaillé plusieurs années comme analyste d'affaires et architecte de systèmes dans le domaine des technologies de l'information. J'ai toujours été attirée par les belles choses anciennes qui rappellent la douceur et le calme du temps passé où l'on prenait le temps de vivre et de s'émerveiller...