Génie instantané

Génie instantané

Génie instantané: Orlando Serrell
Génie instantané: Orlando Serrell

Un garçon de 10 ans, Orlando Serrell, assommé un jour par une balle de baseball, a découvert par la suite qu’il pouvait donner le jour exact de la semaine pour une date après l’accident et pouvait se rappeler de la météo pour chaque jour depuis le traumatisme.

Jason Padgett
Jason Padgett

Agressé en 2002 devant un bar, Jason Padgett s’est retrouvé avec une sévère commotion cérébrale et un syndrome de stress post-traumatique. Mais l’incident a également transformé Jason Padgett en génie des mathématiques. Désormais, il voit le monde à travers la géométrie, génie instantané? « Je vois des formes et des angles partout dans ma vie, depuis la forme d’un arc-en-ciel au fractales de l’eau s’écoulant dans une canalisation. C’est très beau », explique Jason Padgett à LiveScience.

 

Derek Amato
Derek Amato

Derek Amato se tenait au bord de la piscine [aux Etats-Unis], dans sa partie peu profonde, lorsqu’il a crié à son ami de lui lancer le ballon. Puis il s’est élancé dans les airs, tête la première et bras tendus. Il a senti ses doigts effleurer la balle, juste avant que son crâne ne heurte le fond de la piscine et que l’impact ne résonne dans sa tête comme une explosion. Il a fallu attendre plusieurs semaines avant que toutes les séquelles du traumatisme deviennent apparentes – 35 % de perte auditive dans une oreille, maux de tête, pertes de mémoire –, mais l’effet le plus spectaculaire est apparu quatre jours seulement après l’accident.

Amato est encore un peu dans les brumes quand il se réveille après plusieurs jours d’un sommeil quasi ininterrompu. Il se rend chez son ami Rick Sturm [qui était présent au moment de l’accident]. Tandis qu’ils discutent, Amato remarque un clavier électrique bon marché dans un coin du studio de musique improvisé de Sturm. Sans réfléchir, il va s’asseoir devant le clavier. Il n’a jamais joué du piano de sa vie et n’a jamais eu la moindre inclination pour cet instrument, mais, à sa grande surprise, ses doigts, instinctivement, se mettent à courir sur les touches. Amato enchaîne de riches accords comme s’il savait jouer depuis des années. Lorsqu’il lève finalement le regard du clavier, il voit son ami les yeux noyés de larmes.

Ces capacités de génie instantané sont-elles dormantes chez tous les humains, attendant d’être découvertes ? Ou le cerveau de l’homme était-il déjà particulier à la base ? Probablement que chacun possède une super-capacité enfouie et que Jason Padgett a réussi, par accident, à y accéder. « Ce serait une sacrée coïncidence s’il avait une particularité cérébrale puis ce genre de blessure. Et il n’est pas le seul avec le syndrome acquis du savant », précise Berit Brogaard, de l’Université de Miami. En plus des blessures à la tête, les personnes atteintes de pathologies mentales sont également connues pour révéler des capacités latentes. Berit Brogaard et son équipe ont mené d’autres études montrant qu’utiliser une stimulation magnétique transcrânienne sur le cerveau de personnes saines peut, temporairement, faire ressortir des compétences artistiques ou mathématiques.

Bruce Miller est neurologue du comportement et directeur du centre de la mémoire et du vieillissement de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF), où il traite des personnes âgées souffrant d’Alzheimer et de troubles psychotiques. A la fin des années 1990, le fils d’un patient lui fait remarquer la nouvelle obsession de son père pour la peinture. Plus les symptômes s’aggravent, plus ses toiles s’améliorent, souligne l’homme. Miller réalise alors que d’autres patients développent de nouveaux talents au fur et à mesure que leur état neurologique se dégrade. Pendant que la démence détruit les zones de leur cerveau associées au langage, au traitement cognitif supérieur et aux normes sociales, leurs compétences artistiques se développent de manière exceptionnelle.

Miller décide d’étudier le cerveau de personnes souffrant du syndrome du savant “classique”, dont les aptitudes apparaissent généralement à un très jeune âge. Il examine notamment le scanner cérébral d’un enfant autiste de 5 ans capable de reproduire de mémoire des dessins complexes sur une ardoise magique [écran jouet]. La ­tomographie d’émission monophotonique (TEMP) [technique d’imagerie médicale permettant de modéliser les organes en trois dimensions] révèle une absence anormale d’activité dans les lobes frontal et temporal de l’hémisphère gauche, les régions du cerveau aussi affectées par la démence.

Dans le cas de Jason, une équipe de neuroscientifiques a cherché comment cette condition s’est développée. Berit Brogaard, de l’Université de Miami, et ses collègues ont fait passer une IRM à Jason Padgett pour découvrir d’où vient sa synesthésie, sa capacité de percevoir les formules mathématiques comme des formes géométriques. « Le syndrome acquis du savant est très rare, seuls 15 à 25 cas ont été décrits dans les annales médicales », explique Berit Brogaard.

Les résultats ont montré une activité significative dans l’hémisphère gauche de Jason Padgett, où résident les capacités mathématiques. Le cortex pariétal gauche, connu pour intégrer les informations des différents sens, s’activait également plus fortement. Idem pour certaines parties du lobe temporal, qui traite la mémoire visuelle et les émotions, et du lobe frontal, impliqué dans la planification et l’attention. En complément, les chercheurs ont réalisé une stimulation magnétique transcrânienne, qui consiste à appliquer une impulsion magnétique sur le cortex cérébral, afin d’enregistrer l’activité résultant de l’activation ou de l’inhibition d’une zone du cerveau. En envoyant une impulsion dans les régions du cortex pariétal les plus actives, sa synesthésie s’amenuisait ou disparaissait. Un don universel ? Les scientifiques ignorent si les changements cérébraux chez Jason Padgett sont permanents. Mais si les changements dans son cerveau sont structurels, il est plus que probable que ses capacités lui restent.

 

The Accidental Genius: Un monsieur Tout-le-monde émerge du coma doté d’une intelligence stupéfiante, et assailli de visions d’un étrange symbole, identifié seulement par un prodige au bout du rouleau. Les deux hommes tentent alors de résoudre un mystère centenaire, lequel pourrait « changer le monde ».

C’est le synopsis d’un film en développement basé sur une histoire vraie.

Vidéo du National Geographic


 

Autres articles : Science