Babylone: Ruines de Babylone photographiées en 1975.

Babylone, contes et légendes

Babylone

Contes et légendes

Babylone: Ruines de Babylone photographiées en 1975.
Babylone: Ruines de Babylone photographiées en 1975.
Herbert Reichart Allemagne

Babylone, ville antique de Mésopotamie située sur l’Euphrate dans ce qui est aujourd’hui l’Irak, à environ 100 km au sud de l’actuelle Bagdad, près de la ville moderne de Hilla. À partir du début du IIe millénaire av. J.-C. , cette cité jusqu’alors d’importance mineure devient la capitale d’un royaume qui étend progressivement sa domination à toute la Basse Mésopotamie et même au-delà. Elle connaît son apogée au VIe siècle av. J.-C. . durant le règne de Nabuchodonosor II qui dirige alors un empire dominant une vaste partie du Moyen-Orient. Il s’agit à cette époque d’une des plus vastes cités au monde, ses ruines actuelles occupant plusieurs tells sur près de 1 000 hectares. Son prestige s’étend au-delà de la Mésopotamie, notamment en raison des monuments célèbres qui y ont été construits, comme ses grandes murailles, sa ziggourat (Etemenanki) qui pourrait avoir inspiré le mythe de la tour de Babel et les jardins suspendus dont l’emplacement n’a toujours pas été identifié.

Babylone: Site archéologique des jardins ? Source ?
Babylone: Site archéologique des jardins ?
Source ?

1. La ville aux portes de bronze.

La légende raconte que Babylone existait bien avant le déluge et que le premier roi humain qui y était né se nommait Alaros. D’autres légendes, recueillies par des scribes, attribuèrent la création du monde au dieu Anou.

« En ce temps-là, dit le scribe, il y avait en haut quelque chose d’innommé : c’était le ciel ; en bas : la terre. Le dieu Anou eut deux fils, Ea et Bel, qui, eux-mêmes, eurent de nombreux enfants, parmi lesquels étaient Sin, le dieu-lune ; Ramman, le dieu atmosphère… »

Pendant des milliers d’années, des rois auraient régné sur Babylone, et, au cours des siècles, les dieux se seraient présentés aux hommes sous des formes diverses, entre autres celle du poisson. Puis, sous le règne de Khasisadra, un des derniers rois, la perversité des hommes alla en s’accroissant fâcheusement. Alors les dieux furent irrités et résolurent de punir les hommes et de détruire la terre par un déluge inexorable. Khasis-Adra reçut l’ordre du dieu de construire une arche dans laquelle il enfermerait sa famille, ses amis et un couple de tous les animaux de la création. Quand l’arche fut terminée, le déluge destructeur arriva. Mais, au bout du septième jour, la pluie diluvienne cessa et l’arche salutaire s’arrêta au pays de Nizir.

Après avoir lâché successivement une blanche colombe et une gracieuse hirondelle (qui ne surent où se poser et revinrent à leur point de départ), Khasis-Adra lâcha un corbeau qui, lui, ne revint pasAlors, Khasis-Adra sortit de l’arche et repeupla la terre de ses descendants. (H. Isselin)

Babylone qui est peu à peu devenue un mythe.

La légende raconte que Babylone existait bien avant le déluge et que le premier roi humain qui y était né se nommait Alaros. D’autres légendes, recueillies par des scribes, attribuèrent la création du monde au dieu Anou.

« En ce temps-là, dit le scribe, il y avait en haut quelque chose d’innommé : c’était le ciel ; en bas : la terre. Le dieu Anou eut deux fils, Ea et Bel, qui, eux-mêmes, eurent de nombreux enfants, parmi lesquels étaient Sin, le dieu-lune ; Ramman, le dieu atmosphère… »

Pendant des milliers d’années, des rois auraient régné sur Babylone, et, au cours des siècles, les dieux se seraient présentés aux hommes sous des formes diverses, entre autres celle du poisson.

Puis, sous le règne de Khasisadra, un des derniers rois, la perversité des hommes alla en s’accroissant fâcheusement. Alors les dieux furent irrités et résolurent de punir les hommes et de détruire la terre par un déluge inexorable.

Khasis-Adra reçut l’ordre du dieu de construire une arche dans laquelle il enfermerait sa famille, ses amis et un couple de tous les animaux de la création. Quand l’arche fut terminée, le déluge destructeur arriva. Mais, au bout du septième jour, la pluie diluvienne cessa et l’arche salutaire s’arrêta au pays de Nizir.

Wikipedia

2. La cité ardente.

Après avoir visité Babylone, au cours d’un voyage de documentation, Hérodote fut émerveillé de la splendeur babylonienne et en fit une éloquente description. De loin, dans la plaine, le voyageur apercevait les énormes remparts, aux cent portes d’airain, et les tours de briques rouges de Babylone, la cité féerique.

Après une marche sous un soleil de plomb, le voyageur arrivait enfin au pied des gigantesques murailles, entourées d’un large et profond fossé d’enceinte empli d’eau venue de l’Euphrate. Plus loin, il voyait un premier rempart haut de 95 mètres et large de plus de 25. Ce rempart était en briques cimentées à chaud par du bitume et plaquées par des claies d’osier. Sur ces fantastiques murailles s’échelonnaient cent cinquante tours carrées à un étage et percées d’une ouverture de plus de 8 mètres de largeur. L’enceinte fortifiée de Babylone formait un carré de 22 kilomètres de côté, que traversait l’Euphrate. (H. Isselin)

Partagez sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !