Acacia – Robinia-pseudo acacia L.

 

Acacia – robinier

Généralités

Spontané dans les forêts d’Amérique du Nord-Est, le robinier s’est répandu, cultivé depuis le XVIIIe s., dans la plus grande partie de l’Europe et de l’Asie tempérée.
Il existe chez cet arbre une toxicité certaine.

Le grand classificateur Linné baptisa ce nouvel arbre Robinia. Mais les naturalistes de l’époque le prenant pour un « acacia », arbre épineux d’Égypte, le nommèrent faussement ainsi, c’est celui-ci qu’a conservé le langage populaire.
Au début du XVIIe siècle, le Sieur Jean Robin, jardinier du roi Henri IV, eut l’idée de planter en plein Paris des graines que lui avait confiées un navigateur qui revenait des Monts Appalaches en Amérique du Nord. A l’admiration du bon roi Henri et des parisiens, la graine donna un arbre au feuillage léger et aux grappes délicieusement parfumées.
Le premier exemplaire en fut planté près de l’église Saint Julien-le-Pauvre à Paris, au voisinage de Notre Dame, où il existe toujours, devenu le plus vieil arbre de la capitale.
Le robinier s’est naturalisé depuis dans toute la France. On le trouve tout spécialement aux abords des voies de chemin de fer, son bois dur servait en effet à la confection des traverses soutenant les rails.

 

Usages

Généralités

Spontané dans les forêts d’Amérique du Nord-Est, le robinier s’est répandu, cultivé depuis le XVIIIe s., dans la plus grande partie de l’Europe et de l’Asie tempérée. Il existe chez cet arbre une toxicité certaine.

Le grand classificateur Linné baptisa ce nouvel arbre Robinia. Mais les naturalistes de l’époque le prenant pour un « acacia », arbre épineux d’Égypte, le nommèrent faussement ainsi, c’est celui-ci qu’a conservé le langage populaire.
Au début du XVIIe siècle, le Sieur Jean Robin, jardinier du roi Henri IV, eut l’idée de planter en plein Paris des graines que lui avait confiées un navigateur qui revenait des Monts Appalaches en Amérique du Nord. A l’admiration du bon roi Henri et des parisiens, la graine donna un arbre au feuillage léger et aux grappes délicieusement parfumées.

Le premier exemplaire en fut planté près de l’église Saint Julien-le-Pauvre à Paris, au voisinage de Notre Dame, où il existe toujours, devenu le plus vieil arbre de la capitale. Le robinier s’est naturalisé depuis dans toute la France. On le trouve tout spécialement aux abords des voies de chemin de fer, son bois dur servait en effet à la confection des traverses soutenant les rails.

 

 

Bibliographie:

Livres

Phytothérapie, traitement des maladies par les plantes par J. Valnet. Malaine S.A. éditeur 1983.

Les tisanes : Plus de 60 recettes de délicieuses tisanes par Richard Craze. Éditions Soline 1998, 80 pages.

Aromatherapy by Janet Emerson. Copyright 2004 by BizDirect. / iSynergyGroup.

Encyclopédie des plantes médicinales par Andrew Chevallier. Sélection Reader’s Digest 1997.

Chinese Nutrition Therapy, Dietetics in Chinese Traditional Medecine by Joerg Kastner, M.D., L.Ac. Thieme December 17, 2008.

A Guide to Medicinal Plants, an illustrated, scientific and medicinal approach. by Koh Hwee Ling, Chua Tung Kiam, Tan Chay Hoon. World Scientific Publishing, 2009.

AROMATHERAPY, Top Aromatherapy Essential Oils, Balms and Lotions by Janet Emerson. Copyright 2004 by BizDirect. / iSynergyGroup.

Chinese and related North American Herbs, Phytopharmacology and Therapeutic Values by Thomas S.C. Li, Ph.D. CRC Press Taylor & Francis Group 2009.

A Clinical Guide to Chinese Herbs and Formulae by Chen Song Yu, Li Fei. Churchill Livingstone 1993.

The Constituents of Medicinal Plants, an introduction to the chemistry and therapeutics of herbal medecine. by Andrew Pengelly. Allen & Unwin 2004.

Dictionary of Plant Lore by Donald Watts BA MIL. Elsevier 2007.

Logiciels

L’encyclopédie des plantes médicinales, version cd-rom par la compagnie Emme au temps de Windows 95. N’est plus disponible.