Absinthe (la fée verte)

Absinthe

Botanique

Absinthe : Artemisia absinthium L.

famille : Asteraceae

Absinthe
Absinthe

Plante vivace à tige souterraine ligneuse émettant des tiges florifères annuelles de grande taille. Feuilles très découpées, blanches en dessous. Les fleurs sont petites, verdâtres, en capitules réunis en grappes.
Fleurs tubuleuses sans aigrette.
• plantes à fleurs dont les graines sont enfermées dans les fruits (angiospermes)
• plante terrestre
• plante à tige souple (herbacée)
• plante dressée
• fleur sans pédoncule, elle est directement portée par la tige ou implantée sur un réceptacle, elle est dite sessile (on a représenté les deux cas)
• les fleurs sont insérées directement sur un réceptacle commun plus ou moins évasé (capitule)
• inflorescence composée de nombreuses petite fleurs soit toutes en languettes ex : le pissenlit, soit certaines en tubes (symétrie radiale) et certaines en languettes, en général (symétrie bilatérale) ex : la marguerite
• les pétales sont normaux et les sépales sont transformés en soies ou en écailles
• pétales soudés
• 5 pétale(s)
• sépales ou tépales libres
• plus de 10 sépales
• pas de calicule
• la fleur ne possède pas d’éperon
• jaune clair
• hermaphrodite
• l’ovaire est sous le plan floral et totalement englobé dans le réceptacle
• 2 carpelles
• les loges sont soudées par l’ovaire et le style
• les étamines sont soudées sur les pétales
• toutes les étamines sont soudées entre elles par les anthères
• 5 étamine(s)
• les étamines sont toutes égales entre elles
• les étamines sont situées entre les jonctions des pétales
• feuilles séquées (découpées ou très découpées, plus ou moins profondément mais jamais jusqu’à la nervure médiane). Découpe arrondie ou à angles aigus
• bord entier
• nervures alternées
• la feuille est munie d’une petite tige (pétiole) qui s’insère sur la tige (pétiolée)
• pas de stipules
• pas de vrilles
• chaque feuille est insérée à un niveau différent sur la tige, soit dans un même plan, soit en tournant autour de la tige (alterne)
• poils, ils peuvent être clairsemés ou tellement denses qu’il forment une sorte de duvet
• tige cylindrique
• tige pleine
• tige cannelée, les cannelures peuvent être concaves ou convexes
• pas de latex
• fruit simple : un fruit en une seule partie dans chaque fleur
• fruit sec ne s’ouvrant pas à maturité (non déhiscent)

Généralités

Artemisia vient du nom de la déesse Artémis Ilithyie, la Diane grecque, soeur d’Apollon qui préside à l’enfantement: ce nom rappelle les usages gynécologiques  de la plante et évoque la couleur argentée des feuilles.

Absinthium est issu du grec absinthion qui signifie privé de douceur. On cite déjà l’absinthe dans un papyrus égyptien, 1 600 ans avant J.C. Au IVe siècle avant J.C., Théophraste affirme  » les moutons engraissés à l’absinthe perdent leur bile « . L’absinthe symbolise épreuves et chagrins: l’amertume de la vie.

La grande absinthe est une plante herbacée vert pâle et blanche en dessous des feuilles, au port souvent buissonnant de 40 cm à 1 mètre de hauteur. Cette montagnarde méditerranéenne préfère le bord des chemins, les talus rocailleux et ensoleillés. Elle est présente dans toute l’Europe, exceptés le Nord et la Grèce. En France, sa répartition est inégale. Elle est cultivée dans les jardins. Elle fleurit discrètement de juillet à septembre.

Usages

L’absinthe est synonyme d’amertume :  c’est à ce titre qu’elle figure dans la médecine populaire. C’est une plante du foie employée comme stimulant général et contre la fièvre. Dans les Hautes-Alpes, on portait des ceintures d’absinthe pour faire fuir les vers ou lors de règles douloureuses ou absentes.

L’absinthe est trop amère pour être employée en cuisine, elle se contente de remonter un vin par- ci, corser une préparation par- là. « Absinthe » est aussi le nom d’une boisson alcoolisée qui a marqué la culture du XIXe siècle finissant. Mais le mélange d’huiles essentielles d’absinthe et de badiane provoque chez le buveur immodéré l’absinthisme :  hallucinations terrifiantes accompagnant un affaiblissement intellectuel rapide et irréversible; aussi « la fée verte » chère à Rimbaud a-t-elle été interdite en France. Elle est encore vendue couramment en Espagne.

L’absinthe est un ensemble de spiritueux à base de plantes d’absinthe, également appelé « fée verte » ou encore « bleue ». En France, la législation interdisait l’appellation « absinthe » jusqu’en 2011, elle était alors appelée « spiritueux aux plantes d’absinthe ». En Belgique, entre 1905 et 2005, ont été interdits la fabrication, le transport, la vente et le débit de toute liqueur contenant de l’essence d’absinthe.

Elle est connue encore pour éloigner les mites ou la vermine des litières ou des matelas et comme lessive.

Les moineaux de Paris aiment s’en saouler au printemps dans les jardinières des balcons : ils la picorent pour, pendant une bonne heure, s’égosiller en voletant alentour.

Partie utilisée :

Cueillette des sommités fleuries en ajoutant les feuilles lors de la pleine floraison.

Propriété : Vermifuge, stomachique, emménagogue, cholagogue.Substances actives : silice, deux principes amers (absinthine et anabsinthine), substances tanniques et résineuses, acides malique et succinique et la thuyone (un terpénoïde).

Préparation :

Séchage rapide à l’ombre, ou par chaleur artificielle, au four de 35° à 40 °C au maximum ou au micro-onde.
Infusion : mettre 5 g de sommités fleuries séchées par litre d’eau bouillante, prendre une petite tasse 2 à 3 fois par jour.
Macération : on peut obtenir du vin ou de la liqueur. Pour le ratafia il faut laisser macérer 15 jours dans 1 litre d’eau de vie à 60° le mélange de 40 g de feuilles d’absinthe, 20 g de baie de genièvre, 5 g de cannelle et 1 g de tige fraîche d’angélique. Après avoir filtré on ajoute le mélange de 1/3 l d’eau 15 g d’eau de fleur d’oranger et 250 g de sucre
Poudre : L’herbe ainsi employée peut servir de vermifuge : la dose pour une potion est alors de 2 à 3 grammes.
Teinture (également vendue en pharmacie) : 10 à 30 gouttes dans 100 ml d’eau, prendre 2 à 3 fois par jour, 3 minutes avant le repas (comme tonique) ; 20 à 60 gouttes 3 fois par jour dans 50 ml d’eau (pour la bile).

Précautions d’emploi :
La plante possède des substances actives dangereuses.
L’utilisation de la drogue doit être limitée.
Ne pas administrer aux femmes enceintes ou qui allaitent, ni aux enfants Indiquée en cas d’insuffisance de suc gastrique, active la circulation sanguine dans les régions du bassin (emménagogue), l’excrétion biliaire, et agit comme désinfectant.

Bibliographie:

Livres

Phytothérapie, traitement des maladies par les plantes par J. Valnet. Malaine S.A. éditeur  1983.

Les tisanes : Plus de 60 recettes de délicieuses tisanes par Richard Craze. Éditions Soline 1998, 80 pages.

Aromatherapy by Janet Emerson. Copyright 2004 by BizDirect. / iSynergyGroup.

Encyclopédie des plantes médicinales par Andrew Chevallier. Sélection Reader’s Digest 1997.

Chinese Nutrition Therapy, Dietetics in Chinese Traditional Medecine by Joerg Kastner, M.D., L.Ac. Thieme December 17, 2008.

A Guide to Medicinal Plants, an illustrated, scientific and medicinal approach. by Koh Hwee Ling, Chua Tung Kiam, Tan Chay Hoon. World Scientific Publishing, 2009.

AROMATHERAPY, Top Aromatherapy Essential Oils, Balms and Lotions by Janet Emerson. Copyright 2004 by BizDirect. / iSynergyGroup.

Chinese and related North American Herbs, Phytopharmacology and Therapeutic Values by Thomas S.C. Li, Ph.D. CRC Press Taylor & Francis Group 2009.

A Clinical Guide to Chinese Herbs and Formulae by Chen Song Yu, Li Fei. Churchill Livingstone 1993.

The Constituents of Medicinal Plants, an introduction to the chemistry and therapeutics of herbal medecine. by Andrew Pengelly. Allen & Unwin 2004.

Dictionary of Plant Lore by Donald Watts BA MIL.  Elsevier 2007.

Logiciels

L’encyclopédie des plantes médicinales,  version cd-rom par la compagnie Emme au temps de Windows 95. N’est plus disponible.